index
situation actuelle (noté septembre 2018)
À propos du paysage acoustique
TOURISME AÉRIEN: archive (exemples de nuisance sonore 2017-2018, extraits, observations)

ALERTE !!!
TOURISME AÉRIEN trop de nuisances globales:
MESURES acoustiques révélant l'impact, la durée cumulée... 
SPECTROGRAMMES et EXEMPLES
Hélistation de CILAOS (photos 24 août 2018): quelles seront les conséquences?

TROP DE BRUIT (écrasant tout 4h durant jour sur jour), TROP DE TEMPS, JUSTE POUR LE PLAISIR D'UNE MINORITÉ DE TOURISTES (1 touriste sur 10 à peu près), AUX DÉPENDS DES HABITANTS (qui ont fait l'habitude), DES AUTRES TOURISTES (ceux qui n'aiment pas ça ne viennent plus, reste ceux que ça ne gênent pas et ils sont assez nombreux pour les affaires) ET D'UNE NATURE EN PERDITION (mais c'est pas grave: tant que c'est "tropical" les touristes aiment).

Depuis des années le bruit des aéronefs s'impose sur les lieux, et dure de plus en plus longtemps, jusqu'à éradiquer la possibilité de communier avec la nature loin désordre la ville. Cela prennais 7h en juillet-août 2018 car ça commence à 6h et n'a pas encore fini à midi.
L'ambiance des lieux a changé avec ce bruit, pas seulement en forêt et c'est bien dommage pour CILAOS dont la vocation était d'être "une station de montagne et de bien être"...


- dégradation écologique que le bruit fasse des dégâts? c'est le bruit en plus d'autre chose, donc pas le bruit tout seul, donc on ne peut pas prouver que c'est le bruit...
 
- dégradation sociale à cause de l'ambiance de "bordel sonore" que cela engendre mais on ne peut pas prouver que si le cadre de vie était calme les habitants ne feraient pas autant de "bordel".

- dégradation économique au niveau local du fait qu'une certaine approche touristique dépendante de la paisibilité des lieux a été TOTALEMENT sacrifiée mais puisque le commerce marche bien avec les touristes qui viennent quand même ça  permet d'évacuer cette question.

Vu que le tourisme et le commerce fonctionnent bien ainsi, il n'y a pas de raison de se priver de la possibilité de survoler les lieux au dessus des villégiatures et des espaces naturels: d'ailleurs, c'est au dessus des Réserves naturelles et du Parc National que c'est le plus permissif: possibilité de voler à 1000 pieds/sol

Les autorités ouvrent actuellement la voie à l'augmentation et à la pérénisation de l'usage de l'hélicoptère dont les résultats économiques sont "positifs" pour un taux de nuisance faible, voir négligeable.

(Voir les sonogrammes pour évaluer comment s'est organisée cette nuisance dans le temps chaque jour.)

Les cirques sont les plus vulnérables, caisses de résonnance à cause du relief, ils attirent les aéronefs par ce qu'ils sont beau, mais aussi la nuisance sonore y a un impact beaucoup plus multiple et simultané sur des habitants, des touristes, et des espaces naturels.

le bruit ambiant cautionne le fait de ne pas prendre de précautions quant aux bruits causés par les particuliers: au contraire, faire du bruit protège de l'invasion sonore et envahi plus ou moins les voisins qui eux aussi montent le son: ainsi, la population tire un "bénéfice" de ce bruit ambiant: la liberté de ne plus tenir compte de l'entourage, un peu comme des déchets un peu partout autorisent de jeter ses papiers sans faire attention....

- cette ambiance a contribué à retirer l'attrait spécifique de CILAOS (bon vivre ensemble, calme et spiritualité des lieux), il reste la beauté visuelle et puisque que ça se vend ainsi au tourisme... on s'en fout.


Compte tenu de la situation par rapport à ces archives.

Juillet -août 2018: rien de changé ça ne fait qu'augmenter par rapport aux années précédentes.
Les rapports officiels soutiennent que les hélicoptères n'ont qu'un impact limité par rapport au service rendu et les mesures sont en cours pour péréniser l'activité (hélistations ministérielles)


  Pour des raisons de facilité on ne tente pas de cadrer cette nuisance: on vole quand la météo le permet, où l'on veut, quand on veut pourvu qu'on se trouve
- à plus de 300m/sol dans le parc national et les réserves naturelles,
- 550m/sol au dessus des petits bourgs,
- 1000m/sol au dessus des grandes agglomérations,

- 50m/sol au passages des cols et des crêtes, ce qui rend plus brutal les irruptions d'aéronef au dessus de falaises.

En gros, plus c'est calme, plus on peut faire du bruit... il n'y a pas de prise en compte du critère de l'émergence acoustique.
 Et tout se passe comme si le Parc National et les Réserves Naturelles n'étaient pas habitées et que le bruit n'y gêne personne et n'a pas d'impact vu "que la faune est peu représentée". Ces lieux sont pourtant fréquentés de touristes potentiellement en recherche d'appaisement: autant de randonneurs venant de la zone hors-Réunion qu'il en entre dans le Parc National de la Vanoise (plus de 400.000/an)!!! L'expérience a cependant prouvé que la publicité, le marketing remplaçait par un "tourisme d'éclate" le tourisme classique: les nouveaux touristes qui remplacent les "chieurs" qui "n'ont qu'à aller ailleurs si ils n'aiment pas le bruit", sont plus des amateurs de sensations fortes et de manèges dans un "parc de loisirs, grandeur nature", ils tendent à craquer plus facilement du fric, alors, ça fait affaire, alors on garde.


ARCHIVE -> mi 2018
LE TOURISME AÉRIEN (voir et écouter, vidéo calée à 70s du début: au début, le calme sans la nuisance)
Voir les sonogrammes pour évaluer comment s'est organisée cette nuisance dans le temps chaque jour. En hiver 2018 ça s'est aggravé: ça dure encore plus tard et l'après-midi est concernée
écoutez des exemples (attention, un rendu réaliste seulement approché avec une installation qui rend les sons graves, pas avec les mini-enceintes incorporée d'un ordinateur portable ou le téléphone!!!)
Les oiseaux sont probablement très perturbés. Les véritables scientifiques savent l'impact que cela a sur la flore d'un patrimoine en perdition, c'est prouvé de partout dans le monde, mais pour ici il n'y a pas ce problème
"seules 3 espèces sont succeptibles d'être dérangées: le tuit tuit, le pétrel de barau, et le pétrel noir" (pas d'inconvénient donc à ce que le bruit couvre en forêt le chant des autres oiseaux endémiques, il suffit d'éviter de s'approcher de trop près des aires de nidification de ces oiseaux, ce qui du coup ne modifie même pas les trajectoires touristiques)


DES AÉRONEFS ENCORE PLUS NUISANTS QUE "NORMALLEMENT" (en 2010-2018)

- le gyrocoptère sert pour 1 à 2 visiteur par jour mais fait autant de bruit cumulé que 5 à 10 hélicoptères transportant 30 à 60 personnes.

gyrocoptere


- Deux appareils bipale de type robinson, de couleur noir, qui font systématiquement leur passages en flapping (pales qui claquent l'air, lors d'une entrée par CILAOS via leTaïbit ou salazes suivi d'un demi tour vers le nord)

- un avion immatriculé F-ODLS de type PA-28 à échappement libre, pour cet aéronef là la façon de piloter joue énormément.

- Des hélicoptères avec fenestron provoquant un effet de sirène et faisant plus de vibration de 20Hz, ce sont les EC130B4 ou "H130" et les "H120".

2018-02-07_09-47-13-helico-extremement-bruyant

Ces hélicoptères ont été jugés moins bruyants dans des conditions qui n'ont rien à voir avec leur contexte d'utilisation de CILAOS (en approche, en vol stationnaire, à basse altitude, et lors du survol du Grand Canyon hors condition tropicales, et avec le système de mesure des dB(A) qui ignore aussi bien les vibrations que le contrôle technique automobile ignore les oxydes d'azotes!!!
 
En cas de flapping ils s'entendent plus fort dans les maisons et font taire les oiseaux de très loin. Peut être que cela provient du pilotage:
exemple d'un survol de ce type d'engin à curseur-6mn50 20180205_0953-1003.mp3
Le rotor de queue aggrave l'impact en virage et en descente.
 effet de sirène exeemple 1  , effet de sirène exemple 2

De toute façon, l'ensemble ça fait un bruit énorme par dessus le silence des lieux naturels. Le problème sur lequel travailler en priorité est l'étalement horaire



L'EFFET DES GRANDS NOMBRES...
Les hélicoptères font 6 places, le dixième d'un busRemplacer le service d'un bus par des hélicoptères représente 20 rotations, facilement 2 heures de nuisances sonores, pour toute une région, à la place d'un seul bus qui va klaksonner de temps en temps en faisant la route de CILAOS..

Facteurs d'aggravation

Toute contrainte qui limiterait à un endroit l'activité est bien sur rejetée, on est dans une logique de choix politique et touristique qui compte exploiter les avantages de l'hélicoptère. tous savent et considèrent que cette ambiance a façonné l'île pour "vivre avec ça" et que ça fait partie du paysage, et ça arrange bien les gens qui aiment faire du bruit et qui n'ont ainsi plus attention à avoir pour leur voisinage.












,