index du site
situation au moment de la revue du site internet.

PLUS JAMAIS ÇA!!!

UNE NUISANCE!!!
ÉVOLUTION: de pire en pire
URGENT
EXEMPLES


Vous les avez comptés?

Spectrogrammes: comment faire pour les compter, explication en  Vidéo
constat: et autres analyses temps fréquence ("AVANT COVID"1,2,"après Covid 19" 3

TOURISME AÉRIEN = DÉSORDRE-EN-L'AIR: PARTOUT LA RÉUNION EST DÉVALORISÉE: pas seulement chez nous, mais dans la nature, les forêts, les sentiers, les sites touristiques! Le tourisme aérien a augmenté (ÉVOLUTION au long court) jusqu'à éradiquer la quiétude par beau temps quand les aéronefs de loisir vont  prouter au dessus des forêts, même EN APRÈS MIDI!

ATTENTION le problème "hélico" focalise l'attention sur l'hélicoptère majoritaire en nombre, mais l'usage de l'ULM peut être encore pire que les hélicos: Moins bruyants mais plus lents et transportant peu = OCCUPATION TEMPORELLE ÉNORME POUR PEU et "ÇA N'EN FINIT PLUS"... pour une toute petite population qui pratique ce loisir bruyant...Le sumum en nuisance est le "gyro"

 Les Espaces Naturels Sensibles, surtout dans les Cirques concentrent la pression touristique sur des espaces réduits qui sont le plus sujets au phénomène de contraste bruit/silence et caisse de résonance: ce sont eux les plus sensibles et en même temps la cible des survols alors qu'ils devraient justement en être préservé pour des raisons de respect de la biodiversité.

Nuisances sonore DANS LES CIRQUES  SIMULTANÉMENT

- DES HUMAINS CHEZ EUX
- DES AUTRES TOURISTES
- UNE NATURE FRAGILE

- ET EN PLUS ÇA RÉSONNE!!!

Ce que le tourisme aérien détruit: L'AMBIANCE paisible des hauts, le paysage acoustique naturel, le bon vivre ensemble, étant donné que cet irrespect des lieux donne le ton quant à l'irrespect des voisins, on commence par monter le son de sa radio dans la cour pour couvrir les hélicos et on sonorise son quartier... etc.
Le chant d'un oiseau la vierge (chakouat) le matin! en voir un en train de gazouiller, écouter un tec tec chant faible, ces ambiances sonores sont très faible, il faudrait des micros exprès fortement amplifiés.

 

On l'appelait "l'oiseau malheur", par ce qu'il avertissait tous les piafs quand il était pris dans un piège, les autres partaient à cause de son cri d'alerte...Le "z'oiseau la vierge" est devenu la petite mascotte qu'on est bien heureux de rencontrer... en forêt et de montrer à ses enfants, fiers de la Réunion, de sa beauté, et de son caractère unique...

Le Malheur de l'oiseau-malheur: n'est pas un moineau!
Un lien avec l'intensification (extension horaire surtout), à partir de 2016?
 
Ça se passe dans "Les Espaces Naturels Sensibles,"
On l'a même mis en tant que logo, pour dire que c'est des espaces naturels sensibles. On a bien remarqué que sa disparition est un signe de dégradation

On trouvera bien une autre raison que le bruit pour ne pas remettre en cause le bruit aérien.

30 à 80 hélicos en une journée à CILAOS?!

comment les compter--

"Autant interdire les voitures pendant que vous y êtes.
En voiture, même en le faisant exprès on est bien loin d'impacter pareillement les lieux retirés loins des zones habitées.

SAISON CREUSE 48 hélicos (samu non compté)+ 16 ULM audio 20200216_0706-1321
2h09'52 de cumul de bruit étalé sur 5h

-48 hélicos (samu non compté)+ 16 ULM Rien que ça!
2h09'52 de cumul de bruit étalé sur 5h
1ère heure
13 hélicos 7 ULM
2eim heure 15 hélicos 7 ulm
3eim heure 14 hélicos 2 ulm 
4eim heure  4 hélicos 
5eim heure  5 hélico (plusieurs fois les mêmes en réalité 2 en prestations courtes (dure plus de temps et multiplie les passages ou échos)
6eim heure  3 passages + stationnaire éloigné de 10mn27 hélico samu ou gendarmerie.


SAISON "PLEINE" 23 nov 2017 75 survols.

Représentatif d'une belle journée touristique: réveil à 6h du matin, et vacarme quasi en continu jusqu'à midi.

Vous n'avez qu'à les compter...Et ce n'est pas "exceptionel"... c'est "jour sur jour":

SPECTROGRAMMES
Le constat, les analyses temps fréquence ("AVANT"1,2,"après Covid 19" 3), en temps normal 30 à 80 survols/jour, 1 à 2h de bruit étalé sur 5 à 7 heures de temps rendu indisponibles, émergence spectrale énorme par dessus le paysage naturel (30-50dB)
L'intensité sonore n'est qu'un aspect secondaire: ce qui compte surtout c'est si ce bruit remplace ou non le paysage, si la "saleté" qu'il fait se voit (donc s'entend) nettement au spectrogramme,
L'ÉMERGENCE SPECTRALE est le moyen de faire ce constat qui vaut aussi pour toute nuisance sonore perturbant l'habitat ..
Une nuisance qui n'est pas perçue en vile sera perturbant dans le calme d'une forêt, d'où l'insuffisance de simplement contourner la ville dans cet espace fermé et caisse de résonnance.

Tourisme aérien signifie multiplication, "toujours plus" et TOURISME = NUISANCES.

L'exigence de "voir la vue" impose des aéronefs contenant peu de passagers (1 à 6).
Livrer cette activité aux touristes signifie "on n'en fait jamais assez", "il faut toujours plus". Enfourner 70.000 touristes par an dans des aéronefs qui font au plus 6 places n'est pas comme les entasser par paquet de 500 dans des avions de ligne: on doit faire des dizaines de rotations chaque jour pour une population qui n'est que minoritaire?

 "là où il ne faut surtout pas" et TRAJECTOIRES LES PLUS BRUYANTES.

Ces dizaines d'aéronefs vont survoler précisément là où la nature est belle et où des gens habitent dans des coins "qui aspirent le calme et l'appaisement" on vole pour voir la vue et faire des sensations, on fait des boucles et des virages pour incliner l'aéronef, ce qui exagère encore la nuisance.
Même sans tourisme (déconfinement Covid-19 pas terminé), des insultes sonores traversent encore le ciel de CILAOS en faisant leur épandage de bousin, dans un contexte de fragilité extrême des lieux impactés en même temps dans les CIRQUES.



UN PARC NATIONAL OÙ RÈGNENT LES SURVOLS D'HÉLICOPTÈRES ET D'ULM TOURISTIQUES !!!


LE PARC à montré qu'il peut "réagir" à des faits "isolés" (session de DJ-MIX à la Plaine des sables) mais affirme tolérer le pire pour l'intérêt dit "activité économique" de "certains"...
On a ainsi  installé "la peur qu'il fasse beau".
Et quand pas d'hélico dans le coin, que tout est tranquille... et bien on peut faire du drone "le parc n'arrive pas à interdir le drone" (on fait comment dans le Parc National canarien? 1, 2).
 Le drone n'est plus une affaire de technophiles passionnés et avertis, mais de touristes qui s'en servent aussi banalement qu'une perche à selfie, phénomène nouveau de nature à impacter gravement la faune.


PERTE DE CONFIANCE AUX LABELS
Toute destination qui, comme la Réunion afficherait ses labels n'inspirera plus la même confiance, étant donné ce qui s'est passé au Grand Canyon et à La Réunion.

"On classe tout et n'importe quoi à l'UNESCO"...

Gros "foutage de gueule"
..La responsable-Europpe de l'UNESCO en 2015 brandissant un papier estampillé du logo de la République Francaise.
"Seulement 3 espèces (d'oiseaux) sont suceptibles d'êtres impactées: le tuit tuit, le pétrel noir, et le pétrel de Barau... l'activité est globalement positive."
Les autres oiseaux, et bien ils s'adaptent, un peu comme les moineaux vous savez...

- Et vous avez vu votre logo... Oui, là sur le site de C.. hélicoptères?
- Mais?! ils n'ont PAS LE DROIT!!!



Le constat, les analyses temps fréquence (page1,2, 3-Merci Corona, faudra remettre ça),




INFRASONS.

La nuisance des hélicoptères est surtout caractérisé par des vibrations et "infrasons" des voilures tournantes qui ne font pas monter une aiguille de sonomètre (la pondération des dB(A) les supprime de la mesure, et de ce fait un agent de la DGAC venu vérifier l'ampleur de la nuisance avec son appareil de mesure ne constera rien d'alarmant


audio 20200223_0600-1211
Fête Malbar "nuisance sonore" exceptionelle qui demande des démarches pour autorisation et signalée à l'avance par la police aux riverains, 48 hélicos 11 ULM ou avions de tourisme en 5 heures
20200223_0600-1211
La fête malbar ne perturbe pas dans les infrasons.

20200223_0600-1211_-.jpg

48 hélicos 11 ULM ou avions de tourisme = 1h35 de bruit étalé sur 5 heures, + un passage hélicoptère quadripale genre EC135 + 10mn de robinson en après midi: tous les jours, en toute impunité, et sur une surface bien plus étendue qu'une fête malbar qui se fait une fois par an après avoir prévenu les voisins...

On ne peut isoler les cases contre les fréquences basses, c'est aussi les "sons" les plus intrusifs: ils font vibrer les murs, réveillent des bébés et enfants en bas âge, déconcentrent les scolaires, augmentent les aboillements de chiens, font chanter plus haut en fréquence les moineaux (ce sont des marqueurs de stress),  font démarrer des chants de batraciens hors contexte de reproduction, et font même sortir de jour les chauves-souris de la Chapelle (constaté avec les premiers survol d'hélicoptères de type EC130B4, ceux là faisant plus de vibrations)...

Un aéroport est dans une zone plate, dégagé, avec de jour un fort gradient thermique qui repousse le son vers le ciel et réduit la portée. Au contraire, les cirques résonnent plus, la durée de bruit est celle de la traversée de toute la zone (2mn30 au plus rapide, 6 à 10 minutes pour un ULM ou Robinson, 10 à 20 minutes pour un autogire), et sur le plan acoustique, la masse d'air est généralement clivée entre l'air intérieur du cirque et l'air plus chaud d'altitude formant un "couvercle". Les zones turbulentes font un fadding acoustique: le son est modulé aléatoirement en amplitude selon des phénomène de convergence ou divergence du son par variation d'indice de réfraction. Ces effets de focalisation peuvent augmenter considérablement les niveaux sonore. Ce phénomène est particulièrement marqués en après midi dans le secteur de Bois-Rouge où le chant d'un simple grillon peut porter plus loin que 300m!

Il existe un phénomène de "réplétion": c'est le temps de récupérer du stress, et dans la nature le temps que l'ambiance associée au calme revienne: une forêt sans chant d'oiseau quelques minutes après le passage d'un hélicoptère n'est pas comme une forêt par temps calme... c'est "triste à mourrir".
Une forêt pleine d'oiseaux qui ne sont pas à leur place et qui crient vilain au lieu de prendre le temps d'échanger des chants construits n'est pas la même ambiance.
Le temps de réplétion augmente avec la dose de nuisance et la présence d'effets collatéraux: quand c'est calme entre deux périodes de vacarme, ce n'est du tout pas le calme installé: on en a plein la tête, on a le stress qui joue encore, on ne chante pas pareil, et on sait que ça peux reccomencer (on n'a pas la quiétude qui permet le relâchement), tandis que les oiseaux se sont adaptés, ont décalés leur chants, quitté les lieux, ou sont remplacés par d'autre mieux adaptés qui crient plus (et mangent n'importe quoi et chient partout)..


LE GASPILLAGE TEMPOREL

PASSAGES ISOLÉS L'UN APRÈS L'AUTRE Pour 2 heures de bruit (c'est pas mal déjà), 5 heures sont perdues.
Vidéo: comment constater cela OBJECTIVEMENT...

Comme il n'y a pas beaucoup de place dans les aéronefs, il suffit de 50.000 touristes/an pour faire des heures de perturbation quotidienne  pour tous, alors que une minorité profite de cette "prestation".

l'évaluation de ce que les lieux ont enduré devrait suffire pour déclarer "PLUS JAMAIS ÇA"

FACTEURS AGGRAVANT LES NUISANCES.




LE BRUIT  "JETÉ" SUR L'ESPACE NATUREL, PUBLIC ET PRIVÉ, EST UN DÉCHET

Bien qu'on ne jette pas ici des déchets comme dans bandcochon.re, le bruit n'est pas un truc "propre" dont la trace disparaît aussitôt, au mieux ça laisse un mauvais ressenti des lieux, ça fait se raréfier les oiseaux, ça aide indirectement des espèces envahissantes à remplacer le peu qu'il nous reste d'unique dans nos forêts et encourage des comportements destructeurs de la nature et de la société  Et les nuisances sonores, celle ci comme d'autres ça coûte cher (dévalorisation, santé, le bruit = 800 euros/an/habitant de frais de santé en moyenne, en France), et localement, le préjudice du bruit aérien seul ferait environ 400 euros/an/habitant

LE PRÉJUDICE DU BRUIT AÉRIEN.

plus jamais ça

"limiter c'est interdire" donc fin de la discussion:
"Surtout n'évoquez jamais une réduction d'activité"
"De toute façon les créoles aiment le bruit".
"C'EST CULTUREL"

l'ÎLE est une poubelle, alors on peut jeter encore... un peu plus un peu moins.

Faire une "étude" pour constater qu'effectivement, par divers liens comment le bruit peut influer sur le paysage: on ne s'y frottera pas, ça pourrait en effet remettre en cause le tourisme motorisé dans la nature et son bizness...

SURTOUT NE PAS LE SAVOIR..

HYPOCRISIE...
Et  l'HYPERCRISIE? c'est se taper la tête contre les murs?

LES SOLUTIONS?

Compte tenu de la situation par rapport aux archives.
















,