index
drones-loisir_alerte-et-precautions-a-prendre.html
BON À SAVOIR: c'est AUSSI DANGEREUX QUE LES REQUINS..
drones-loisir_alerte-et-precautions-a-prendre.html
 LE TOURISME AÉRIEN ÇA FAIT DU BRUIT.
ÉVOLUTION au long court
ÉVOLUTION note récentes.

Voici ce qui s'est passé, durant des années, et qui se passera encore si ça reste sans grand changement, des qu'il y a des touristes. vidéo analyse des spectrogrammes.

PLUS JAMAIS ÇA!!!

Pour illustrer gravité de la nuisance des nouveaux hélicoptères de type H130, témoignage en vidéo à SALAZIE
Les nuisances se sont ainsi "étalées" sur les 3 cirques, pitons et remparts...

LES SOLUTIONS

Soit un espace fermé qui résonne avec des trucs qui volent dedans et qui n'en finissent pas de voler.

On fait quoi?

SIMPLE: si ils ne font pas d'effort, que les codes de bonne conduite ne tiennent pas, que il y en a toujours plus puis toujours trop en plus de déjà trop, en zone habitée ou qui résonne sur des habitations et dans le quotidien de vie des gens "en bas", soit il faut perdre le combat et quitter les lieux pour ne pas s'user la vie à "combattre des moulins à vent", soit il faut gagner le combat et Il faut les virer... et pour cela ils ne sont pas coopérants et ça sera la guerre.

NE PAS ÊTRE "À FOND"?


La vitesse des hélicos "bruyants" à CILAOS est environ 250 km/h

le vitesse de moindre nuisance serait plutôt entre 150 et 180km/h

Les nuisances, c'est d'abord de l'énergie disspiée, sous forme de vibrations et bruit de voilure. La solution primordiale de moindre nuisance est la solution d'utiliser la moindre puissance pour traverser une zone sensible, sans descendre (car descendre fait dissiper de l'énergie, à moins de descendre à taux de "chute" minimale).

L'augmentation incroyable des nuisances depuis l'usage des hélicoptères de type H130 (nouveaux hélicoptères) provient peut être du fait qu'on les utilise en mode de croisière rapide, pour voir encore plus de choses en le moins de temps possible (peut être 30 à 50% de plus de parcours)... cet hélicoptère devrait être un grand progrès en nuisances sonore par rapport aux anciens, mais si on les conduit comme des brelles c'est encore pire que les anciens, en raison de sa plus grande puissance et d'une optimisation plus pointue: un instrument de "musique" à accorder.. sinon, et bien ça joue faux et fait des couacs..


- Tolérance de la présence d'un "truc" tel que "on n'entend plus que ça"?

Même si pas conduit comme une brelle, un hélicoptère s'impose dans le calme des forêts où la mouche syrphide s'entend à plusieurs mètres et un merle à 500m: même le moindre ULM et autre mini-aéronef fait un carnage dans ce paysage sonore: même un ULM en vol plané moteur coupé, rien qu'avec le bruit dans l'aile à 1000m ou plus au dessus du sol s'entend, comme en vanoise où quand un planeur qui passe... ça se remarque et qu'on lui distribue une prune, par ce qu'il n'a pas le droit (c'est un "Parc National", un vrai).

Alors comprenez qu'un truc qui pétarade ou qui flappe S'ENTEND TOUJOURS TRÈS NETTEMENT dans ces espaces où l'attrait est précisément le calme et l'écoute de la nature.

  Si on dépasse en cumul de 3% du temps dans un paysage avec une émergence spectrale significative (aéronefs audibles sans efforts d'attention); C'EST DÉJÀ plus que CHIANT, cela ferait 20 minutes en tout sur 12h-période-diurne: si on passe un à un jusqu'à totaliser 20 minutes en une journée entière, c'est l'équivalent de 8 survols n'atteignant pas 3mn en toute une journée,
Si on passe vite fait c'est 20mn de ballet aérien d'un coup le matin avant que ça soit fini et qu'on on a la paix, 20 mn c'est DÉJÀ CHIANT, cela a déjà choqué des les années 90 et était déjà nomné "l'Apocalypse Now au petit déjeuner" dans le guide du Routard.
On a largement dépassé cela: jusqu'à la crise sanitaire, c'était quasiment 5 heures en continu.

 
Vous voulez croître etmultiplier sans aller au conflit: on pourrait faire ça dans des "poubelles à hélicos" pourvu qu'on puisse vivre chez nous en oubliant ce qui se passe dans ces lieux alors sacrifiés: vivre à la Réunion en n'allant plus au trou de fer ou au volcan sauf en hélico (On oubliera donc le volcan, le trou de fer renomné "le trou d'enfer', "usines à touristes")... On perdrait ainsi le volcan et le trou de fer pour gagner la possibilité de vivre en paix chez nous.

Ce qui devrait être appliqué en priorité:


Zone habitées et où ça s'entend (caisse de résonnance) et où l'accès à la nature est un enjeu et expose à une sensibilité encore plus grande par contraste: entre 7 et 9h + moins de 22 minutes de cumul de bruit audible en tout POURVU QU'ON NE L'ENTENDE PAS DANS LES MAISONS?!
En revoyant cette "proposition", gâcher ainsi ne serait que 2 heures n'est pas acceptable, même si c'est mieux que 5 heures avec un passage tous les quarts d'heures ou plus.
Il faut éviter l'effet cumulatif et l'effet de répétition: 2 heures de répétition n'est pas soutenable à moins de ne pas écouter la nature ou s'enfermer: ça voudrait dire qu'on ne pourra pas apprécier Cilaos le matin et qu'il faudra continuer à "caller sa journée" pour éviter les hélicos.
8 survols en 2 heures pour ne pas dépasser 20 minutes c'est déjà beaucoup trop de répétition, ça oblige à "caller sa journée" pour profiter qu'à partir de la fin de la période de bordel sonore (pour cela qu'elle est proposée finir à 9h, mais à 7h des gens dorment où se lèvent sans grande envie d'être envahi de bruit.

On ne peut pas accepter n'importe quoi qui fasse 20mn de bordel durant 2h. Après réflexions, le nombre de répétition ne devrait pas dépasser 4, et encore, une fois c'est déhà chiant, la deuxième c'est plus chiant, la troisième et quatrième fois ça dégôute, soit on doit, encore, "caller sa journée pour éviter les hélico" soit se fermer à l'écoute de la nature, mettre sa sono, faire du bordel aussi..,
Le tolérable serait peut être 2 fois 10 minutes, une fois en matinée, une fois en après midi, si possible en évitant le millieu de journée où c'est moins évitable. 10 minutes une seule fois par demi journée pourrait passer, si ça se répète au cours de la même sortie ça devient traumatisant, le soir est un moment magique, 10 minutes de norias d'hélicoptère au moment du chant des oiseaux du soir ça ne le fait pas... le matin, 2 fois? peut être, mais on continuera, si c'est dans les cirques habités avec enjeu à l'accès de la nature, à se plaindre, à moins que ça soit un, bruit "rose", lointain, qui n'est pas un dur moment à passer... 


Zone habitées où ça s'entend moins: entre 7 et 9h moins de 22 minutes de cumul de bruit d'aéronef émergeant du bruit ambiant et donc audible (plus des passages plus discrets, mais tant que ça ne peut pas s'entendre dans le bruit ambiant des zones les plus calme de ce cadre de vie)

"Poubelles à hélico" genre "trou d'enfer" avec accès dédié: sans limitation, lieux sacrifiés: zone non habitées et seulement touristiques: jouez à la guerre et tournez en rond dans un plan vertical si vous le voulez.

ET AUSSI

- ABOLIR Toute forme de prestations courtes concernant des zones habitées
ou des zones provoquant des résonances dans des zones habitées: Si on décolle, c'est pas pour faire un demi tour et revenir pour repartir, mais une fois pour de bon.
pas de prestation courtes (vols de moins de 1h) concernant lagons et cirques: il ne reste donc possible que de passer au dessus lors d'une visite globale de l'île.

- Cirques près d'un aéroport (CILAOS près de Pierrefond): pas de demi-tour pas de virage est corrélé avec une traversée en sens unique en montant ou au moins en PALIER (pas de trajectoire descendante), pour les hélicos, en descendant pour les avions en vol plané: PAS DE VIRAGES ET DE BOUCLES mais traversée en ligne droite au plus court de sorte d'à la fois réduire le niveau sonore assez faiblement pour que ça n'entre pas dans les habitation et de limiter le gaspillage temporel: plutot voller à 180km/h en ligne droite qu'à 250 en adoptant une trajectoire maxi-nuisance en "S".

- Dans les zones à la fois fréquentées en quête de nature et habitées PLAGE HORAIRE limitée à moins de 2h/jours et garanti d'un horaire de "c'est fini pour la journée",  pour laisser libre de toute agression sonore les lieux à partir de 9h du matin jusqu'à 7h le lendemain.

- Le pourcentage de temps durant lequel domine le bruit aérien ne doit en aucun cas excéder 3% de temps diurne, 3% de 12h = 22 minutes de cumul représentant l'équivalent de 8 passages isolés de 3 minutes MAIS ORGANISÉ dans une logique de compactage temporel en plus de modération d'intensité sonore, ATTENTION!!! en plus  évitement d'émergence de fréquences isolées (se rapprocher du bruit rose). Pour éviter l'effet de répétition: 8 fois en quelques heures c'est beaucoup, 8 fois dans une journée, ça occupe encore en apparence beaucoup de temps..

- La durée de temps occupée doit être vérifiée au moyen d'appareils de mesure, avec un croisement d'identification d'aéronef et de surveillance spectrale de sorte à faire respecter ce quotas temporel.


Dans la mesure où le bruit n'agresse pas dans les maisons et se tient dans la plage horaire 7h à 9h il est techniquement possible de faire plus qu'un seul passage, pourvu que ça n'ajoute pas de durée de bruit (MAIS ATTENTION À L'EFFET DE RÉPÉTITION, CE N'EST PAS JUDICIEUX DE TROP MORCELÉ CETTE ÉMISSION SONORE.
Par exemple il est enviseable de faire 8 escadrilles de 5 hélicos (40 survols) sans trop de nuisance (NON!! CE N'EST PAS ACCEPTÉ: grouper en 2 fois 10mn voir une seule fois 20), dans la mesure où leur trajectoire est linéaire, que la durée de leur passage cumulé n'excède pas le temps alloué et que le niveau sonore en zone habitée ne dépasse pas celui d'une voiture roulant à 20m (n'agresse pas dans les habitations même porte et fenêtre fermées) NÉCÉSSITÉ DE BRUIT ROSE sans émergence flagrante de fréquences en relation harmonique (réduction de puissance, tous à la fois sans qu'un soit isolé). Le pilotage "pas à fond", et en ligne droite devrait permettre à ces supposés hélicos de faire moins de bruit tous ensemble qu'un seul actuel.
Si ils veulent augmenter la popularité de la prestation ou faire du "transport" à grande capacité, ils pourront opter pour des aéronefs transportant plus de personnes à la fois, à condition qu'ils ne dépasse pas le quotas de tolérance temps-intensité de polution sonore et la structure temporelle demandée..

Le décompte de la durée de perturbation sonore n'est pas sur le critère de niveau sonore, mais de la détectabilité de la présence d'un bruit de moteur nettement audible et gâchant le calme dans les poches de silence de CILAOS, avec des mesures spectrales opérées en zone calme naturelle.


Cette solution de tolérance implique un savoir nouveau, plus élaborer que l'appréhension d'un niveau sonore en décibels, un personnel de surveillance et un protocole de mesure dédié, car si ces quotas sont dépassés et que ça agresse les gens dans les maisons, si ça dérange dans la nature et trouble de nouveaux les randonnées, et que c'est à des riverains n'ayant pas les moyens de faire le constat et d'évaluer la nuisance, de nouveau ça ne sera pas fiable, et pas acceptable ça sera toujours la guerre, avec de plus en plus de rejet..

Dans les zones habitées non cirque.

Dans le respect de la même règle: dans la mesure où la signature acoustique de leur passage est indécelable dans le bruit ambiant des lieux calmes de la zone au delà de 22 minutes de tolérance cumulée en un jour: c'est possible d'envisager des survols plus fréquentes et tout le temps contrairement aux cirques, tant que le bruit des vagues, du vent, de la circulation routière et le gradient de température limitant la portée assure une protection phonique annulant la nuisance (et rendant d'ailleurs du même coup impossible sa détection), à évaluer: dessous le seuil où l'on n'entend tout simplement l'aéronef.

Pour le contrôle, c'est le même principe que dans les cirques et zones habitées: récolte des spectrogramme automatisées dans les "poches de silence" des zones surveillées,  et vérification que l'émergence des aéronefs n'excède pas 3% du temps cumulé,
ajustement en conséquence des stratégies si il s'avère que ce quotas de durée de perturbation sonore est dépassée.

Dans les zones littorales et urbanisées, en pratique, beaucoup plus de survols, surtout avec des ULM pourraient se faire sans s'entendre du tout et sans provoquer le décompte du temps de perturbation, dans la mesure où leur bruit est couvert par le paysage sonore ambiant autre que aérien.

- POUBELLES À HÉLICOS = zone non habitées délimitée: trou de fer et volcan: pas de contrainte, et prestations courtes et intensives alors concentrées là.

Ces zones concentreraient le gros de l'activité à sensation: voler à fond, plonger, tourner, pourvu qu'on y accède par une hélistation dédiée: ces zones alors sacrifiées au seul tourisme aérien ou à ceux qui s’accommodent d'une ambiance bruyante. Les dégâts seront localisés à une partie des zones naturelles, mais la population pourra vivre et jouir du cadre de vie entourant son habitat, les touristes pourront séjourner, randonner, les zones naturelles des cirques, et des portour de l'île retrouveraient le chant des oiseaux, et on rayera juste de la carte des lieux fréquentables... les "poubelles à hélico".

-


ZONE À FAIBLE NIVEAU DE BRUIT AMBIANT + ZONE HABITÉS + LIEUX DE RESSOURCEMENT CONNEXES + FRÉQUENTATIONS PAR GENS EN QUÊTE DE CALME:

PAS DE SOLUTION POUR SURVOLER LES CIRQUES sans contrainte.
Les cirques cumulent
- zones habitées toujours impactées quelque soit les trajectoires une fois entré dans le cirque.
- phénomène énorme de contraste bruit/nuisance (émergence spectrale) par dessus des espaces naturels sensibles.
- prolongation de la durée de nuisance d'un passage, résonnances
- présence d'un public venu là pour le receuillement en plus des habitants. Cette nuisance dévalorise, change le statut de lieux qui aspirent au calme et au ressourcement, et nuit à l'économie du tourisme local en retirant la qualité majeure recherchée: le bien être et ses corrolaires: la qualité de séjour, la randonnée, le respect des lieux.
- fréquentation de la nature et des espaces agricoles dans le quotidien des habitants.
PEUT-ON SE PERMETTRE d'y faire un "APOCALYSE NOW à l'heure du petit déjeuner" (durant quelques dizaines de minutes, une ambiance de débarquement massif): 3% du temps semble la limite à ne pas dépasser: ça fait 22mn par jour, mais 22mn = 8 survols de 3 minutes ou 8 escadrilles de 5 hélicos = 40 peuvent casser l'ambiance encore...

ZONE À FAIBLE NIVEAU DE BRUIT AMBIANT: ZONES TOURISTIQUES ACCESSIBLES OU NON PAR VOIE TERRESTRE NON HABITÉES.

horaires permettant aux terrestres et volants de se partager la viste des lieux par alternance sans (trop) se gêner, comme des chats qui se partagent le même territoire.

ZONE À FORT NIVEAU DE BRUIT AMBIANT: ZONES URBANISÉES ET LITORAL.
Ajuster les hauteurs de vol et le trafic, selon le type d'aéronef de sorte à ce que le bruit ambiant couvre le bruit des aéronefs


CARTE DES ESPACES NATURELS SENSIBLES.


Tout ce qui est vert sur cette carte est  vulnérable au bruit aérien selon le rapport bruit/calme-ambiant
Tout ce qui est dans un cirque est encore plus vulnérable par le fait de la résonnance. Les cirques sont non seulement visités, mais habités et visités par un public en quête de nature..

C'est PRÉCISÉMENT les zones les plus survolées!

- Les espaces naturels sensibles,

cilaos/20180124_125653_0124-.jpg
 

Le tourisme aérien détruit le chant des oiseaux!

Les chakouats ne sont pas des mésanges charbonnières qui atteignent 60dB d'un oiseau à l'autre: ils chantent bien plus faiblement, 40dB voir 30dB d'un oiseau à l'autre.


Un rapport avec l'intensification du tourisme aérien en 2016?




Traverser CILAOS, lors de trajets utilitaires.
Trajectoire sur JAUNE, la moins impactante en niveau sonore pour zones habitées (sous réserve de pilotage de paix et non de guerre).
NE PRÉSERVE  PAS les poches de Silence... Cette trajectoire limite seulement "les dégâts" (s'entend un peu moins fort dans les maisons. Peter Both reste fortement impacté (près d'un rempart écho).

EN BLEU, les poches de silence: le niveau de bruit naturel est tel que tout trafic aérien, même loin couvre l'ambiance sonore: il est nécéssaire de toujours considérer l'occupation temporelle d'un bruit aérien: même faible il écrase le paysage sonore, en particulier dans les zones représentées en bleu.





Pourrait-ils voler et faire leur bizness sans nous faire chier?

Dans les cirques, non: c'est soit eux qui prennent possessions des lieux, soit ceux que cela dérange ou empêche de vivre, piafs comme humains, qui doivent disparaitre des lieux...

ROBINSONS (hélice bipale) AUTOGIRES ET PARAMOTEURS, trop bruyants

PLUS JAMAIS ÇA!!!

L'AUTOGIRE est l'engin le plus mauvais en rapport nuisances/service.

AUTRE ENGIN EXCEPTIONNEL F-ODLS le plus bruyant des avions, un PA-28 sans pot d'échappement
!

horaire de traversées des cirques?

avant 7h00 des gens dorment
de 7h à 10 heure des touristes en jet-lag dorment
de 10h à 17h00 les gens sont dans la nature, souvent par BESOIN d'y trouver le calme.
De 11h à 14h on fait la sieste à l'Office National des Forêts.
De 12 à 14h les gens sont en pique nique dans la nature
entre 14 et 17h c'est le pic d'activité des merles.
Après 17h00 c'est le soir, les vols d'hirondelles et de pétrels partout, des pratiques de culte... etc

- METTRE EN PLACE DES ALTERNATIVES concurrentes et "mieux" que le bête survol des lieux.

- Visite à distance et virtuelle des lieux à préserver des survols: belvédères équipés de téléscopes + films projetés avec une qualité hors-normes pour appréhender "du ciel" les lieux à préserver des survols de loisir.

Expérience de vol réel concentré sur les zones où ça ne dérange pas habitants et randonneurs..  trou de fer => "poubelle à hélico"=>  "trou d'enfer":  les hélicos volent en bas et les drones au dessus: laissez tomber les drones,  ça rendra toujours service....

- Transport par caravanes de mules d'un maximum de marchandises
On a trop affaire à des têtes de mules, ou à des ânes, pour mettre en place cela, qui ferait de l'emploi local, charmerait les touristes, et donnerait du fumier...

Compte tenu de la situation par rapport à ces archives.

ÉVOLUTION au long court

"LIMITER C'EST INTERDIRE".  Il n'est pas question de parler de quotas, de limitation horaire ou autres...
"NE LEUR PARLEZ JAMAIS DE RÉDUCTION D'ACTIVITÉ"
.

"c'est compliqué."

ALORS ON FERA COMME SI TOUT ÇA N'EXISTAIT PAS

Comme à MAFATE où c'est encore pire qu'à CILAOS!!!

COMME SI ÇA N'EXISTAIT PAS!!!
publicité trompeuse copiée collée le 13 09 2020

https://www.ouest-lareunion.com/mafate-randonnee

Le cirque de Mafate est le royaume de la randonnée, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.
On le découvre à pied, bien évidemment, vous n’y croiserez aucune voiture,  scooter ou mobylette ! C’est le lieu idéal pour se déconnecter de l’environnement citadin : pas ou peu de pollution sonore, à part les chants des oiseaux et les hélices des hélicoptères qui viennent ravitailler les habitants de Mafate, pas d’immeubles, pas de routes bétonnées, que des sentiers, des arbres, des plantes, des roches … un endroit sans stressVous y croiserez que des gens venus apprécier la nature, donc détendus, souriants, aimables, joviales … ça fait rêver, non ?

LES PORTES D’ENTRÉE DE CET HAVRE DE PAIX

Vous pourrez accéder dans le cirque de Mafate par 9 entrées, toutes avec leur particularités...Fermez les yeux et laissez-vous embarquer dans l'ambiance de Mafate :

https://www.ouest-lareunion.com/mafate

C'est ce que serait MAFATE si il n'y avait effectivement QUE les hélicos de ravitaillement... Mais... il ya un mais...

Fermez les yeux de votre conscience et faites comme SI ÇA N'EXISTAIT PAS...











,