UN TOURISME INTENSE... Des émotions intenses: soyez peureux!
index
Tourisme aérien à la Réunion: comme des mouches autour d'une M fumante au soleil.

CURIEUX tout de même qu'on n'a pas innondé la presse avec cela..
Le tourisme aérien, surtout avec l'ULM était plus DANGEREUX ENCORE QUE LES REQUINS!


requin ou http://www.zinfos974.com/Atterrissage-d-urgence-d-un-ULM-a-Cambaie-une-touriste-a-bord_a81934.html


LE BILAN EN 2015, en pleine crise requin..

bilan 2015:

Liste des accidents.

Pour moins de 10% des touristes qui prennent l'hélico, et moins de 1% qui prennent l'ULM + avion...
ULM, 7 morts, exaeco les requins lors des 4 ans du summun de la crise requin et 11 accidents. "Depuis 2003, onze accidents ou incidents concernant la société Félix ULM ont été notifiés au BEA...
Hélicos au moins 3 morts.

Avions, au moins 10 morts.  Total  24 morts depuis 1989 exaeco les requins depuis 1979 (début du tourisme)


Quoi est t'il le plus DANGEREUX pour la petite minorité de touristes qui "se mouillent"..

REQUINS? ou ULMs?

Globalement
24 morts depuis 1972 requins , 24 morts avions+ULM+hélico depuis 1989.  même en comptant les hélicos dans le bilan, le tourisme aérien a fait un nombre comparable de morts parmis une fréquentation comparable mais avec un temps de pratique bien moindre (les pratiquants du tourisme aérien ne passent en effet qu'une heure en l'air en moyenne)
C'est plus dangereux!


Si les requins privent les touristes de la jouissance du litorral, le tourisme Aérien prive les touristes et habitants de la possibilité de jouissance des hauts sur une plus grande surface et aussi chez eux même, une grand partie de la journée et perturbe la qualité de vie au quotidien... Les requins, au moins c'est silencieux, ça fait pas de bruit dans la case.

Avion hors cône de vol le dimanche de pâque 5 avril 2015 à 08h12mn (volait vers 1700m d'altitude enfermé sous le rempart du Piton des neiges),

presque la même trajectoire le 7 avril à 8h16 pour ces deux ULM bleu dessous, blanc, et rouge dessus.

 ImageImage

Un ennui mécanique pour ces ULM et c'est le crash obligatoire faute d'altitude suffisante pour revenir. Surprenant de voir ça à une semaine d'un crash mortel d'ULM.
(en 2017 lors de la revue de ces pages, c'est moins fréquents mais cela arrive encore)

EN décembre 2016, on a pas toujours pas tiré la leçon de ces accidents, et continuent les infractions quotidiennes d'ULM hors cône de vol, dont celle ci du 19 décembre 2016, notée à cause des nuisances occasionnées.

Infraction du gyrocoptère (l'engin le plus bruyant de l'île lien: bruit d'hélicoptère... puis encore plus fort, bruit du gyrocoptère volant ici aussi haut qu'eux (à plus de 300m sol)
2016-12-19_09-30-48.JPG
Altitude sol estimé 100 m/sol, passage au dessus de la ville vers Trou Pilon, retenir moins de 100m/sol/zone habitée = infraction!
Outre des nuisances sonores extrême (bien plus bruyant qu'un hélicoptère) Cet engin seul rescapé (le deuxième a crasché au volcan) n'est pas dans le cône de vol (il n'a aucun endroit ou se poser en cas de défaillance)


accidents
Sur
L'ÎLE DE LA RÉUNION
 L'ÎLE AUX REQUINS, l'île intense...


Vous mouiller ou vous envoyer en l'air?


974-GQ est passé au tapis.

  http://www.zinfos974.com/Atterrissage-d-urgence-d-un-ULM-a-Cambaie-une-touriste-a-bord_a81934.html

974-HX provoquait un bruit anormal (un sifflement comme machine agricole d'épandage, très fort, vers 700Hz). Il  est allé fourrer son nez dans l'herbe.

4 ans... 7 morts
pour beaucoup moins de pratiquants du coté des ULMs que il ya de baigneurs!!!


"Depuis 2003, onze accidents ou incidents concernant la société Félix ULM ont été notifiés au BEA. Lors de la collision en vol entre deux ULM de cette société le 25 avril 2013, le BEA avait alerté la DSAC sur l’absence de réglementation concernant le transport de passagers à titre onéreux en ULM. Depuis janvier 2012, la DSAC (Ndlr : Directions de la Sécurité de l'Aviation civile) conduit une réflexion sur les vols locaux avec transport de passagers à titre onéreux en avion ou en ULM. Cette réflexion fait suite à une série de sept accidents survenus en 2011 (trois en avion et quatre en ULM) ayant fait deux morts et quatre blessés graves…" source

À La Réunion, on en est aujourd'hui à 11 morts en 20 ans, dont sept sur les quatre dernières années.
En comptant ceux d'accidents d'avion et d'hélico on est au moins à 24 morts depuis 1989, à égalité avec les requins depuis 1972


Accident 30 mars 2015.
Crash de 974-GQ  - Rans S-6 Coyote II

"Sept morts en quatre ans dans des accidents d'ULM. De quoi s'interroger sur les conditions - légales notamment - dans lesquelles sont commercialisés les vols locaux et circuits touristiques proposés aux amateurs de paysages à sensations fortes..."
http://www.ipreunion.com/photo-du-jour/reportage/2015/04/03/apres-l-accident-d-ulm-a-tan-rouge-un-crash-de-trop-un-crash-qui-interpelle,30133.html
autres photos ipréunion

"force est de constater qu'à La Réunion, si les cabris mangent de la salade, ils volent, encore, et à tire d'aile."
http://www.ipreunion.com/photo-du-jour/reportage/2015/04/04/crash-de-tan-rouge-des-vols-commerciaux-dans-les-angles-morts-de-la-legislation,30144.html

Le dernier accident 30 mars 2015.
20150331-clicanoo.jpg
http://www.clicanoo.re/468332-crash-ulm-il-ne-restait-pas-grand-chose.html
20150330-image-le-jir.jpg20150330-image-le-quotidien.jpg
http://www.zinfos974.com/Crash-d-un-ULM-Deux-morts-dont-le-pilote-reunionnais-Jerome-Narsapa-et-une-touriste_a83359.html
http://www.zinfos974.com/Crash-d-ULM-Le-pilote-avait-15-ans-d-experience_a83361.html


24 février 2015


http://www.zinfos974.com/Atterrissage-d-urgence-d-un-ULM-a-Cambaie-une-touriste-a-bord_a81934.html
Il semble que ce soit 974-HX.. (l'Ulm qui sifflait beaucoup)
Pour celui là, il y a eu plus de peur que de mal...

20141016 > ULM remarquablement gêneurs vers 7h00 : sifflement 500 et 700Hz
on voit la signature de cet ulm deffecteux (émission de sifflement anormal ), au 4eim u (47mn enregistrement)
audio/201410160839.jpg
201410160839.jpg

http://www.clicanoo.re/468277-crash-d-ulm-11-morts-en-20-ans.html

- 17 septembre 2014 : deux morts à Bélouve

Le pilote et la passagère d’un ULM avaient trouvé la mort dans un crash survenu dans la forêt de Bélouve, sur les hauteurs de l’Est de l’île. L’appareil appartenant à la compagnie Félix ULM avait décollé du littoral de Saint-Paul à 7H30. La liaison radio avait été perdue une vingtaine de minutes plus tard. L’alerte avait été donnée par l’époux de la passagère, tout juste rentré d’une sortie à bord d’un autre ULM.

- 10 août 2013 : deux rescapés dans le crash d’un ULM à la Glacière

Ce jour là, le pilote et sa passagère échappent au pire. Confrontés à de fortes turbulences, le pilote qui avait décollé du tarmac de Pierrefonds pour la deuxième fois de la journée a effectué un atterrissage d’urgence, au niveau de la Glacière, dans le secteur du Maïdo-Grand Bénare. L’ULM a ensuite pris feu. Mais les deux passagers s’en sortent avec une bosse et quelques ecchymoses.

Sur les 5 dernières années 7 ULM et un avion léger se sont écrasés à La Réunion. Point sur ces accidents aériens dont plusieurs ont été mortels. (entre temps 2 nouveaux crash, nous sommes maintenant à 13 morts depuis le début de son utilisation touristiques)
10 août 2013
http://reunion.infosreg.fr/7-crashs-dulm-repertories-en-5-ans/

En plus des ULM il y a les avions, en passant, celui là.
Un avion de tourisme de type Cessna s'est écrasé au-dessus du Maïdo aux alentours de 9 heures ce samedi matin 25 février 2012.
20120225_crash-cessna
Quatre personnes se trouvaient à bord. Deux sont blessées légèrement et les deux autres gravement.

- 15 mai 2011 : crash en bout de piste à Pierrefonds

Alain Soulas, un pilote chevronné avec plus de 800 heures de vol à son actif, s’est écrasé sur une bretelle de piste de l’aérodrome de Pierrefonds, quelques secondes après le décollage de son ULM B 612. Grièvement brûlé, il décéde des suites de ses blessures au GHSR de Terre-Sainte.

- 8 mai 2010 : deux morts à Etang-Salé


L’ULM avait décollé de l’aéroport de Pierrefonds à Saint-Pierre. A son son propriétaire, Patrick Iwasuila, âgé de 51 ans, et une amie, Hélène, 43 ans. L’engin s’écrase peu de temps après sur le terrain de parachutisme situé en face du golf de l’Étang-Salé. Les deux personnes sont tués sur le coup.
20100508-mai-crash_ulm-etang-sale.jpg

- Le 20 janvier 2010 : une touriste s’en sort avec une entorse

320x220_20100120_LYL_2350felixULM Rans S-6 Coyote II

L’accident s’est déroulé tôt le matin, sur la piste de Cambaie, à Saint-Paul. Heureusement, il n’a pas fait de victime. En bout de piste, l’engin a fait une chute de 60 mètres de hauteur. Son pilote s’en est sorti indemne. La passagère, une touriste de 37 ans, est sortie de l’hôpital dans le courant de la journée. Le pilote avait fait les vérifications un peu vite fait, omettant d’ouvrir le robinet d’essence.

- 23 février 2009 : un pilote et son passager, portés disparus, sont retrouvés morts après plusieurs jours de recherches, au cœur du rond du Bras Rouge, dans le cirque de Cilaos.
2 mort

27 juillet 2007
Quatre personnes se sont tuées dans un accident d'un avion de tourisme samedi sur l'île de La Réunion, a-t-on appris auprès de la préfecture.

Dans le cirque de Mafate

L’avion, de type monomoteur, un Cessna 172 de l'aéro-club Roland-Garros s'est écrasé vers 13 h locales (11h00 à Paris), dans le cirque de Mafate.
Selon des randonneurs qui ont donné l'alerte, l'engin a heurté la paroi rocheuse et s'est écrasé quelques mètres en contrebas. L'accident s'est produit à une altitude de 2.600 mètres.
Un hélicoptère de la gendarmerie transportant un médecin du Samu a été dépêché sur place. Le médecin n'a pu que constater le décès des quatre occupants de l'appareil disloqué.

- 25 juillet 2004
Un avion de type monomoteur, un Cessna 172 de l’aéro-club Roland-Garros, avec quatre personnes à son bord s’est écrasé samedi 21 vers 13 heures locales (11h00 à Paris), dans le cirque de Mafate.
Un hélicoptère de la gendarmerie qui transportait un médecin du Samu a été dépêché sur place. Le médecin n’a pu que constater le décès des quatre occupants de l’appareil disloqué.
Le pilote, un Réunionnais de 21 ans, connaissait parfaitement le site. Deux des victimes, dont les identités n’ont pas été communiquées, sont domiciliées à Paris.
L’enquête a été confiée à la brigade de gendarmerie des transports aériens. Une cellule de soutien psychologique a été mise en place pour les proches des victimes.

Source :
20 minutes
4 morts: curieux, comme doublon (on dirait le même texte à deux dates différentes, mais un guide rencontré dernièrement parle bien de 8 morts de 2 crash d'avions cessna à mafate): en passant, c'était des vols maxi-nuisance: L'APRÈS MIDI, quand il y a des turbulence et que l'impact est grave sur la forêt (l'après midi est le moment de silence, de retour de la brume, ou d'un "bonus" de soleil limpide quand c'est l'hiver).

Quatre morts dans un crash à Marla
Un énorme bruit de tôle froissée
Enquête sur le crash de Marla
Une activité inhabituelle pour un jeune pilote
Le parquet hésite à ouvrir une information judiciaire
L’aéro-club de Roland-Garros dégage sa responsabilité

- 14 mai 2005 : une machine de la société Papangue ULM s’abîme en mer, au large de Saint-Denis, après avoir décollé de Gillot. Les deux occupants de l’appareil sont récupérés sains et saufs avec l’appui de la section aérienne de la gendarmerie et du navire de sauvetage de l’aéroport.

Journal de l'île 28/12/2004

Crash à 2 550 m : les miraculés du Grand Bénare

 

 


Parking avion de l’aéro-club Roland Garros hier matin vers 7 h. En cette saison, mieux vaut se lever tôt si l’on veut bénéficier de conditions météorologiques acceptables lorsque l’on décide d’aller survoler la Réunion.
Jean-Jacques Penel, 42 ans, s’installe aux commandes du Cessna 172 M F.OCUX, l’un des appareils mythiques de la flotte du club (voir par ailleurs). Inscrit à l’aéro-club Roland Garros en 2001, Jean-Jacques Penel a obtenu son brevet de pilote privé en 2003 et totalise une centaine d’heures de vol. Régulièrement, il vole sur l’un ou l’autre des avions du club. A ses côtés prend place Justine Barba. Avec ses deux enfants, Steven, 20 ans, et Nelly, 26 ans, en vacances à la Réunion et assis à l’arrière, elle s’offre un survol de l’île.
Le F.OCUX décolle face à l’est à 7 h 15. Les conditions météorologiques ne sont pas idéales. Mais, si les sommets commencent à être accrochés par les nuages, sur la côte il fait beau. Le Cessna remonte la côte vers l’ouest puis s’enfonce vraisemblablement dans le cirque de Mafate. Jean-Jacques Penel a le projet de basculer dans Cilaos en passant le col du Taïbit. Mais ce dernier est noyé dans les nuages. Le pilote décide alors de contourner l’obstacle en passant entre le Grand Bénare et le Maïdo.
L’Uniform X-Ray franchit la lisière du rempart et se retrouve au dessus de l’immense plateau qui descend en pente douce du Grand Bénare vers le Maïdo en passant par la Glacière.
Que s’est-il alors passé ? Le Cessna encore très engagé au dessus du plateau évolue parallèlement au bord du rempart dominant Cilaos. Soudain, le monomoteur est pris dans un rabattant. La puissance du moteur de 150 cv se révèle insuffisante pour maintenir l’altitude. L’Uniform X-Ray s’enfonce à plat inexorablement et touche le sol brutalement à 7 h 30, une quinzaine de minutes seulement après son décollage de Gillot, à 2 550 m d’altitude. Le choc est certes violent mais l’appareil est relativement préservé. Les ailes demeurent en place et le fuselage est intact. Ceux qui connaissent les étendues caillouteuses du Grand Bénare mesureront la chance des occupants du Cessna.
En effet, ils sont tous vivants. Jean-Jacques Penel souffre de contusions et de coupures provoquées par le pare-brise qui a volé en éclats. Sa passagère assise à ses côtés a une fracture de la mâchoire, se plaint également de contusions et saigne. Sa fille Nelly est atteinte au poignet et à la jambe et saigne à l’aine gauche. Steven souffre de contusions et de coupures.
Avec son portable, Jean-Jacques Penel donne l’alerte. “Il a appelé l’aéro-club pour nous dire ce qui s’était passé, indique M. Ponamalé, président du club. Il nous a demandé si les secours étaient en route”. Des avions et des hélicoptères en vol au dessus de l’île ont également alerté la tour de contrôle de Gillot et les secours s’organisent.
Alertée à 7 h 40, L’Alouette III de la gendarmerie décolle de la base aérienne 181 avec une équipe légère du Peloton de gendarmerie de haute montagne, deux secouristes et un médecin du Samu. Les conditions météorologiques continuent de se dégrader sur le massif du Grand Bénare.
Les deux blessés légers, le pilote et le fils de la passagère, sont évacués sur le CHD de Bellepierre. L’Alouette III revient ensuite chercher la fille puis la mère. A 9 h 50, le sauvetage est terminé.

Déposés sur place, des enquêteurs de la brigade de gendarmerie des transports aériens ont entamé dès hier matin leurs investigations. A l’aéro-club Roland-Garros, les manuels techniques moteur et cellule du F.OCUX ont été récupérés. Rien ne permet d’évoquer pour l’instant une éventuelle défaillance technique. L’aéro-club Roland Garros possède une unité d’atelier agréé et l’évolution et le renforcement récent de la réglementation font qu’un atelier de ce type est la réplique à l’échelle réduite de celui d’une compagnie aérienne.
L’enquête devra déterminer les causes de l’accident. A ce stade, il serait tout à fait déraisonnable de trancher. Le col du Taïbit par lequel Jean-Jacques Penel espérait passer se trouve à 2 081 m d’altitude. Le Grand Bénare culmine à 2 898 m. Pour basculer de Mafate dans Cilaos, le F.OCUX ne pouvait faire autrement que de prendre de l’altitude afin de franchir la lisière du rempart. Selon les premières déclarations du pilote, il s’est retrouvé désarmé lorsque le Cessna a été piégé dans un rabattant à une altitude trop faible pour espérer éviter le contact avec le sol.


4 septembre 1996. Un Cessna de l’aéro-club Roland-Garros s’écrase dans la forêt de Bébour. Le pilote et ses trois passagers sont tués.
4 morts

- 18 avril 1994 : un pilote s’écrase sur le pont de la RD6 après avoir percuté une ligne moyenne tension au-dessus de la ravine de Trois-Bassins. Le pilote est grièvement blessé tandis que sa passagère est tuée.
1 mort

- 5 avril 1992 : crash mortel sur la nouvelle piste de Champ-Borne à Saint-André.
1 mort (ou plus)

- 26 février 1989 : un pilote trouve la mort lors de son atterrissage à Cambaie.
1 mort




ULM et AVION semblent de l'ordre de 100 fois plus accidentogènes, 5 à 10 fois plus nuisibles (bruit plus longtemps pour moins de personnes transportées), que les hélicoptères pour une quantité de tourisme équivalente.


cela dit des hélicos craschent aussi de temps en temps.
EN FRANCE voir http://helico11.free.fr/html/accidents_helico.htm



8 févr. 2014
http://www.zinfos974.com/Crash-d-helicoptere-a-Marla-la-passagere-legerement-blessee_a67933.html

février 2010 à la Plaine-des-Cafres
Le dimanche 21 février 2010 vers 17 heures, une alouette 2 s’écrase à quelques mètres du chemin Henri-Cabeu à la Plaine-des-Cafres. Si trois occupants, dont le pilote, souffrent de blessures, le quatrième passager décède d’une hémorragie interne.
http://reunion.la1ere.fr/2012/11/29/proces-du-crash-de-la-plaine-4909.html

31 Mai 2010 2 crashs
http://www.crash-aerien.aero/forum/serie-noire-dans-le-ciel-de-la-reunion-t15329.html

"Deux hélicoptères se sont écrasés cet après-midi, l’un à Grand-Bassin à la Plaine-des-Cafres et l’autre à Mafate...
http://www.ipreunion.com/evenements/reportage/2010/05/31/mafate-deux-morts-dans-un-crash-d-039-helicoptere,andre-begue-et-son-passager-tues,8431.html
http://monblogsimplement.centerblog.net/6-accidents-helicoptere-ile-de-la-reunion-
31/05/2010

Si l'Accident de Grand-Bassin, survenu ce matin, 31/05/2010 n'a pas eu de conséquences dramatiques, en revanche, le crash près du col des Boeufs (Mafate), en début d'après-midi, a fait deux morts: le pilote André Bègue et son passager, un jeune homme de 16 ans.

Un crash d'hélicoptère s'est produit aujourd'hui en début d'après-midi 31/05/2010, vers 14 heures, dans le cirque de mafate. L'accident s'est produit entre le col des Bœufs et la Nouvelle, dans le secteur de la Plaine des Tamarins,

D'importants secours ont été dépêchés sur les lieux, notamment les éléments du Peloton de GENDARMERIE de haute montagne  et des militaires de la brigade de Hell-Bourg, des membres de la Sécurité civile et du Samu. L'hélicoptère de l'armée de l'air et celui de la gendarmerie se sont également rendus sur les lieux.

Le crash a fait deux victimes: André Bègue, le pilote bien connu à Mafate, et son passager, Lucas Damour, un jeune homme de 16 ans originaire de Grand-Ilet (Salazie).

L'accident aurait été provoqué par une brusque rafale de vent qui aurait rabattu l'appareil contre la paroi.

Par ailleurs, un hélicoptère de type Robinson a percuté un arbre peu après son décollage à Grand -Bassin (Le Tampon). L'accident s'est produit ce matin. Il n'a fait que des blessés légèrement touchés.


Le 26 décembre 2000, un pilote d’un hélicoptère de type Robinson avait raté son atterrissage sur la plate-forme du col des Boeufs. L’appareil avait dévalé la pente et s’était immobilisé quarante mètres plus bas. Le pilote avait été grièvement blessé, sa passagère était décédée quelques heures plus tard.



exemple d'accident d'ULM (un autre), un autre,un autre, gyrocoptère, cherchez vous même en tapant "accidents ULM 974" "accidents hélicoptère 974"... et comparez, sachez que les ULM concernent une population d'usagers 30 à 50 fois moindre environ: le rapport de risque d'accident serait ainsi de l'ordre de plusieures centaines de fois plus du coté des ULM et avions.

Rapport nuisances/nombre de personnes.

Il faut 6 fois plus d'ULM, qui mettent 2 fois plus de temps, donc 12 fois fois plus en absolu, que d'hélico pour rendre le même service.


http://reunion.infosreg.fr/7-crashs-dulm-repertories-en-5-ans/



doccument détaillé: accident d'ULM,

"3.1 Contexte du vol

Selon les documents renseignés par les passagers, le vol avait été déclaré comme vol d'instruction alors que l'aéronef n'était pas équipé de doubles commandes et que le pilote n'était pas instructeur. L'enquête a montré que ce procédé était courant dans la société. Il permettait de s'affranchir des contraintes réglementaires liées aux vols touristiques s'éloignant de plus de 40 km de la base de départ et nécessitant un CTA. En contournant la réglementation, la société pouvait ainsi proposer à moindre coût le survol de sites touristiques emblématiques de l'île, tels que le piton de la Fournaise."




NUISANCES

20150407_0933_974eg.jpg
Aussi bruyant qu'un avion à échappement libre, plus bruyant que un hélicoptère ordinaire... Mais ce n'est pourtant... qu'un ULM!

Passer en escadrille d'ULM réduit la durée cumulée à 3 fois le passage  d'un hélicoptère pour 4 personne au lieu de 6. Le bruit peut être moindre tout de même mais reste plus longtemps.
Le pire est le gyrocoptère, encore plus lent, et dont le bruit est aussi intense que l'hélicoptère: le rapport nuisance/nombre de personne est plus de 20 fois celui de l'hélicoptère.
Il y a plus d'accidents d'ULM avions que d'hélicoptères pour un un traffic 50 fois moindre que l'hélico, donc l'ULM-avion serait dans les 50 fois plus accidentogène.

Les ULM entretiennent un bruit continu, parfois aussi fort que celui d'hélicos bien pilotés, et il faut 1h d'ULM pour remplacer 3mn d'hélicoptère à quantité de touristes servis égale... sauf moteur coupé.

 L'urgence est avant tout de réduire la durée de la nuisance sonore.  l'Avion est plus bruyant que l'ULM et l'hélico et reste pire que l'hélicoptère étant donné sa capacité de transport moindre et un bruit équivalent en intensité-durée que un hélicoptère... sauf moteur coupé.

Les ULM et avions peuvent planer et éviter les nuisances, mais en pratique, il le font si rarement que cette exception ne participe pas à une réduction notable de leur impact.
et couper le moteur implique une phase de montée préalable et prolongée qui fait des nuisances ailleurs.

L'hélicoptère est le roi des nuisances par ce que c'est lui qui est le plus présent, le plus sonore et qu'il focalise sur lui les plaintes, mais il transporte la quasi totalité des touristes en relative sécurité.

Le constat le plus alarmant c'est que le tiers des nuisances sonore est le fait d'avions ou ULM pour 3 personnes pour 1000 seulement, en tout cas moins de 1%,
La durée d'occupation sonore des ULM dépasse de plus en plus souvent celle des hélicos, gâche de plus en plus les moments de répit... pour une quantité de touristes servis 10 à 20 fois moindre.

0.3% des touristes prennent avions ou ULM au dessus de CILAOS = le tiers des nuisances pour les avions et ULM
10% de touristes environ prennent l'hélico = les 2 tiers des nuisances pour les hélicos.

Si une quantité de touristes passe donc de l'hélicoptère à l'ULM, la durée de nuisance est augmentée par 10 à 20.

Et ce qui est d'autant plus inquiétant encore c'est que les ULM sont en pleine augmentation, de l'ordre de 50% par an entre 2010 et 2014 et que du coup les nuisances explosent... alors que le tourisme n'augmente qu'à peine voir diminue...

En effet, une petite partie des clients des compagnies d'hélico se tourne vers l'ULM par ce que c'est... moins bruyant.
Grossière erreur... c'est "plus nombreux".
Et moins bruyant ne signifie pas grand chose.... ce qui compte est plutôt la durée du bruit, que ce soit fort ou très fort, ce bruit couvre l'ambiance dans la nature: la durée compte plus encore que l'intensité.

L'altitude ne joue pas vraiment...  Les ULM qui tentent de passer à 3000m d'altitude sont parfois les pires, surtout en été: il font alors autant, voir plus de bruit, perchés en haute altitude ils "arrosent tout" d'un bruit de moteur augmenté par le dysfonctionnement du à l'altitude (air moins dense, couple d'hélice différent), et ça dure plus longtemps.

Le bilan rapport nuisances/nombre-de-clients, font pencher vers "un militantisme" anti-ulm au "profit" de l'hélicoptère qui n'est que la moins pire des "solutions"