index
Une nuisance majeure que ces exemples peuvent illuster  voir les MESURES en spectrogrammes:
URGENT !!!
GÉRER LES NUISANCES SONORES DU TOURISME AÉRIEN


c'est tous les jours tant que la météo le permet et si on attend que ça passe, quand le calme revient, c'est après plus de 3h de vacarme, parfois plus de 5h durant
 il n'y a plus de moment de quiétude tant que le ciel est dégagé, même si par moment, le calme semble revenir, mais de plus en plus souvent, si ce n'est systématiquement en cas de beau temps assurément fiable pour la journée, c'est pour que cela reccomence plus tard.

 Dans les forêts, les communications de certains oiseaux sont compromises dans le bruit et avec les prédations supplémentaires du à l'intrusion d'espèces étrangères, mieux adaptées au bruit qu'eux et donc favorisés dans leur concurrence. (mais les experts ont tranché: ça ne dérange absolument pas les oiseaux, sauf pétrel noir, pétrel de barau, tuit-tuit). On aurait pu penser que les déséquilibres n'aident pas à maintenir la biodiversité et la qualité paysagère des lieux, cela même qui était classé, dans le contexte où l'UNESCO. Il serait temps de s'inquiéter de ce qui facilite autant les vecteurs de plantes invasives en forêt primaire!

CUMUL DE NUISANCE DANS UN LIEU où ce n'est pas nécéssaire...
on est là dans un site

- habité et desservi par le réseau routier.

- visité avec de nombreux sentiers

- qui contient des espaces naturels sensibles dans la même caisse de résonnance que les lieux touristiques et habités: en même temps que les touristes et habitants on impacte aussi les forêts primaires déjà fragilisées par les plantes invasives, en particulier la réserve biologique du Matarum.

- La commune a écroché le concours SPOT qui la défini comme une destination de qualité: c'est bien de prétendre à un label mais en pratique il faut le respecter:  CILAOS est-il spirituel avec 5 à 6h de nuisances sonores en saison touristique?

- Un espace fermé par des remparts d'une forme circulaire surprenante et rare dans le monde qui amplifie énormément les nuisances sonores. Le bruit d'un aéronef est amplifié d'un facteur 10 et impacte encore plus simultanément nature, touristes et habitants. Que les humains s'en foutent est une chose, mais les oiseaux en pâtissent (ils ne sont pas gêné selon les experts) et les forêts aussi, alors que ce n'est pas des forêts banales, mais des espaces endémiques extrêmement rare en perdition (trop tard, le mal est fait, c'est plein de longoses).








 aspects aggravants
la cerise sur le gâteau le gyrocoptère,

Pour que tout cela s'améliore même si le tourisme augmente, il faudrait que les prestataires acceptent un changement radical avec diminution drastique des nuisances sonores, donc des contraintes et de cela il n'en est pas question: ils  oeuvrent au contraire à augmenter  leur activité, et à augmenter la souplesse de leur prestation en comptant sur l'augmentation du tourisme, les hélistation ministérielles, et l'arrivée du tourisme chinois
TOURISME AÉRIEN ALERTE


,