index

index
dossier-helico
tourisme-aerien-la-reunion.html
Audio,Vidéos,ANALYSES, tableau de répartition temporelle des mesures.


LES POINTS DE BLOCAGES RÉCURRENTS sont, outre le simple fait de gâcher systématiquement le calme des lieux plusieurs heure par jour, de rajouter encore par dessus cela des survols avant 7h, après 10h, et que ces survols soient étalés dans une grande période de temps au lieu d'être regroupés. Nous constatons l'absence de cadre horaire et de sécurité, même l'après midi.

Et ce.. en ces lieux déclarés comme 
- Espaces-Naturels-Sensibles, (le choix de l'oiseau-la-vierge pour la pancarte associée n'est pas un hasard!)
- réserve biologique, (du matarum)
- inscrits à l'Unesco (tous les remparts et les autours de Cilaos + la chapelle + la biodiversité associée)
- Parc National (tous les remparts et les autours de Cilaos+ la biodiversité associée)
- HABITÉS (de 5300 habitants)
- VISITÉS de 500.000 touristes par an, en notant que les nuisances sonores sélectionne depuis longtemps ce public: ceux que ça dérange ne viennent plus. Ils tendent à être moins respecteux des lieux, ce qui est incompatible avec la préservation des lieux...

Après plusieurs années de tentatives d'obtenir au moins la contenance des nuisances par un groupement des passages et un cadre horaire, après de nombreux échanges pour évoquer cette solution, après des rencontres et discussions téléphoniques avec les autorité de régulation du traffic aérien, après des rencontres avec la sous préfecture, il n'y a pas eu de concertation et le dialogue s'est durci.
En résumé ils veulent bien coopérer à une réduction du bruit à la source mais sans RIEN CHANGER et sans s'imposer de contraintes supplémentaire à celles d'une réglementation insuffisante... Changer des choses expose à des difficulté, à "des conflits d'intérêt", alors nous en sommes toujours là: eux ne voient pas d'intérêt à limiter les nuisances qu'ils nous envoient... ils veulent offrir le maximum de personalisation, de sensation, de flexibilité, et veulent "muter pour intensifier le trafic".

- PERDURENT Les survols AVANT 7H DU MATIN (même entre les équinoxes d'automne et printemps), quant cela dérange un maximum, quand tout est calme et à l'ombre, et dans une tranche horaire où le code de la santé civile considère le bruit comme "tapage nocture" (de 22h à 7h)... Le bruit des hélicos le matin avant 7h est bien plus grave qu'un voisin qui se met à bricoler de grand matin, car c'est pour TOUTE la population...

- PERDURENT L'étalement des survols au delà de la fenêtre météo optimale de vol et étalés sur plus de 2h de temps: quand il ya des turbulences (plus de bruit, surtout avec les EC 130 B4), quand les nuages sont déjà accrochés au relief, et quand c'est tard dans la matinée, au delà de 9h 10h, 10h extrême limite. Pour peu de survol en plus, c'est la seconde partie de matinée qui est perturbée, avec plus d'impact (ça touche les touristes venus pour la journée, ça fait plus de bruit, ça écourte trop la possibilité d'aller en extérieur dans de bonnes conditions), et du coup cela sacrifie TOUTE la matinée, et même TOUTE les périodes de beau temps avec le constat que les rares après midi dégagés sont perturbés (avec cette fois un impact considérable car c'est le dernier moment quand connaître calme et beau temps):

 Même avec la tolérance au tourisme aérien, CE N'EST PLUS UN PARTAGE DES LIEUX.

ABSENCE DE QUIÉTUDE DANS LES CIRQUES, PITONS ET REMPARTS.

La montagne n'appartient plus ici à ceux qui se lèvent tôt, elle a été confisquée pour servir de décors au manège d'hélicos et d'avions de tourisme quand il fait beau, de 7h à 10h mais, et c'est le point le plus grave, sans que ça soit une règle établie:EN EFFET IL N'Y A PAS DE CADRE, on ne peut pas se tenir à éviter 7h à 10h,  les prestataires partant du principe qu'ils respectent la réglementation et ne sont pas tenus à plus, ils peuvent aussi survoler avant 7h, après 10h... si la météo le permet. Du coup, la quiétude est perdue de 6h à 12h du matin, et en cas de beau temps, perdue aussi l'après midi.

Dans la nature (sur les sentiers dans la forêt au Nord de Cilaos-centre), l'impact acoustique est encore bien plus élevé qu'en zone habitée ou se concentrent plus de 5000 personnes non respectés

TOUT CELA ANNULE  donc L'ASPECT POSITIF  le plus flagrant attendu d'un Parc National (garantie d'avoir la paix dans des espaces préservés) et prive donc Cilaos d'un de ses atouts majeurs: LE CALME DES CIRQUES et aurait perdu depuis longtemps sa clientèle associée: un public amoureux de la randonnée, recherchant les espaces où sont garanti le calme, la quiétude pour rester des semaines entièreset aimeraient trouver un endroit où c'est l'été quand c'est l'hiver pour profiter d'un cadre montagneux où l'on peut randonner plusieurs jours de suite..

En plus de subir un préjudice du à la perte de qualité de son offre touristique, donc son économie locale est la dégradation de la qualité de vie: 3 à 4 heure de fort bruit répété est l'équivalent de travaux urbains bruyants à proximité, mais pour tous et en tout lieux, durant 3 à 5h/jour, et ce des années durant... tous les jours même samedi et dimanche.
Cela pourrait déprécier les biens immobiliers: À Cilaos, on a du mal à vendre des maisons. Qui voudra se retirer dans des espaces montagneux qui n'apportent finalement pas le calme attendu?

On voudrait bien croire que la population réunionnaise ne craint pas le bruit. C'est une population urbaine saturée de bruit contient une minorité qui a d'autant plus besoin de ressourcement pour ne pas tomber malade, et ce dans une île qui a la densité de population du Japon (300 hab/km carré environ). Les effets sur la santé sont prouvés, ça coûte une certaine facture à la France. Dans ce contexte l'enjeu de préserver des espaces de tranquilité est d'autant plus crucial.

L'accès à la nature dans le calme peut être un besoin vital, en tout cas l'est pour la faune endémique de la Réunion qui est classée. La menace de perdre le calme de l'après midi est la plus dramatique, car c'est le dernier bout de "peau de chagrin", l'intrusion d'aéronefs dans l'après midi empêche cette fois de trouver un moment dans la journée pour connaître le calme dans la nature.

Ces analyses montrent aussi l'impact local de bruits de voisinage (travaux fréquents, coupe herbe à fil, circulation routière). C'est l'occasion de mesurer que, à comparer, elles sont faibles et occasionelles par rapport à celle systématique du tourisme aérien qui se retrouve à peu de chose près à l'identique non pas dans seulement dans le voisinage mais PARTOUT où l'on pourrait se trouver, et même bien pire encore dans les lieux calmes plus en altitude (dans la forêt primaire zone 1400 2000m altitude).


MOYENNAGE SUR UN MOIS#stats-2017-02-21_2017-03-25.
tableau de répartition temporelle des mesures
Lien pour voir l'astuce d'écouter ce qui correspond à l'analyse (quand le mp3 est fourni, signalé par le signe *suivant la date)







UNE TRISTE RÉALITÉ ....

ambiances sonores matinales..
Concert des Lycos.
AUDIO VIDÉO
===> état des lieux actuel <========

textes écrit par Jean Thevenet,