index

Il est difficile de concevoir le maintient de l'organisation touristique actuelle,
- en raison du bruit émis globalement pour si peu de personnes profitant des prestations,
- en raison de la densité de population,
- en raison de la faible superficie de cette île,
- en raison des phénomènes de caisse de résonnance des cirques,
- en raison du besoin de "quiétude dans les cirques, pitons, et remparts"..

Il est difficile de concevoir que le tourisme aérien puisse ainsi être servi à des dizaines de milliers ou plus par an sans une révolution globale

Les DRONES permettraient de survoler virtuellement les sites les plus sensibles alors exclus des routes aériennes pour, à la place alimenter un musée-cinéma, tout en découplant l'affluence touristique du nombre de survol:
Pour connaître la sensation de voler et les baptèmes de l'air on choisirait une zone à la fois peu peuplée, peu visitée, il y aurait des quotas, une adaptation du prix pour dégager plus de marge avec moins de traffic... etc.

 une solution que n'aiment pas trop les pilotes des compagnies d'hélico ou d'ULM évidemment. On a pu mesurer le rejet d'une telle idée: ici, "on" n'en veut tout simplement pas, d'autant plus que le bruit n'est pas un problème...

Solutions imaginables

chien