index
dossier-helico
tourisme-aerien-la-reunion.html

CONSÉQUENCES DU SURVOL TOURISTIQUE DE L'ÎLE DE LA RÉUNION À CILAOS
Dans un "lieu qui évoque la vie protégée, loin du bruit et de la fureur du monde moderne
.

NON ACCEPTABLE À MOINS DE CHANGER QUELQUE CHOSE...
MAIS QUOI?
Ce qui devrait être résolu

Il est jouable de diviser PAR 10 le niveau de nuisance (4 fois moins longtemps, 3 fois moins sonore) et le ramener à un niveau qui "n'est plus un réel problème", et à condition d'une définition de seuils à ne pas dépasser pour éviter une nouvelle réaugmentation insidieuse qui répéterait la situation "de crise".

Et comment?
En regroupant les passages dans des laps de temps plus courts: réduire l'occupation temporelle est la priorité

À été enfin évoqué le projet de coopérer ensemble à cumuler diverses solutions pour éviter la sensation de bruit répété et continu quand bien même le trafic serait maintenu (mais forcément réorganisé).

Le but est de retrouver une quiétude permettant de fréquenter les lieux mêmes en y étant sensible au bruit, que ce soit pour des causes de santé ou la recherche d'une qualité permettant le bien être digne des lieux isolés et montagneux ou des zones rurales. Tout cela  devrait faire l'objet d'un travail commun entre la DGAC, L'ÉTAT et les PRESTATAIRES...

Mais si d'emblé il est décrêté que c'est trop demander, qu'il reste les points "de rupture", alors ça pourrait être très difficile de coopérer.

Voici les points de rupture qui devraient être résolus:

Ce qui est de toute façon intolérable et doit être modifié
pour cohabiter sans conflit ouvert avec le tourisme aérien il faut au moins régler cela.

- Survols de loisir bruyants survenant avant 7h ça réveille des bébés, ça s'entend encore plus.
- Être dérangé après 9h => le calme ne revient pas, ça bouffe la matinée, ça refait plus de bruit (turbulences)
.

- Bruit trop fort pour pouvoir s'en protéger même fermé chez soi, vibrations.
- Périodes de bruit continu, ou à répétition à un point insupportable si on l'entend, et ce, plusieurs fois en une matinée.

- 2h encore de dérangement intensif chaque matin pour une fenêtre de vol de 7h 9h? (départ des vols concernant CILAOS, pas avant 7h et pas après 8h): si ces 2 heures sont un enfer qui empêche de démarrer une randonnée avant 9h, ça reste une solution incompatible avec la quiétude des lieux et même le tourisme....

- Le bruit ne devrait pas dépasser celui de la circulation routière, pour réduire le nombre de périodes de passage il faudrait plutôt des groupes qu'une sucession de passage 1 à 1 qui se suivent sans moment de répit.

Ça vaut la peine d'essayer avec mesures à l'appui: pourvu qu'on ne perde pas encore des années à subir à un niveau innaceptable les nuisances ou à perdre toute la matinée, si les ajustements ne produisent pas une amélioration rapide, réellement effective. Un résultat flagrant est attendu et d'urgence pour éviter le sacrifice quasi systématique de la paisibilité des lieux le matin.

Les 3 hélicoptères du modèle "le plus silencieux le moins bruyant du monde sont une catastrophe acoustique à gérer en connaissance de ses particularités (à cause d'un manque de puissance il flappe plus,  le rotor de queue équipé d'un fenestron ajoute le bruit apparent d'un turbocompresseur de turboréacteur).. L'impact est plutôt pire.

Il est difficile de réduire le bruit des aéronefs à la source individuellement, voir #la-triste-realite-avec-aeronefs-sonores l'amélioration passera plutôt par une réorganisation des survols pour compacter le temps d'occupation du ciel, il faudra une entente entre différents prestataires et une coordination centrale pour placer différentes stratégies combinées de compactage d'occupation temporelle en plus de ce qui est possible de réduction individuelle d'intensité sonore de chaque aéronef, avec l'établissement de seuil de nuisance à ne jamais dépasser (ça ne doit pas perturber la vie à l'intérieur des maisons, empêcher d'entendre approcher les voitures dans la rue) et un moyen de contrôle automatique de cette nuisance (des analyseurs de spectre avec référence d'intensité sonore, automatiques, à plusieurs endroits du cirque + un protocole d'évaluation de respect des seuils à ne pas dépasser).


Remarque sur les points de rupture.


- Passages de loisir ou même de travaux non urgents avant 7h:
Le bruit avant 7h est considéré par le code de la santé publique comme du "tapage nocturne" alors que des hélicoptères font durant plusieurs longues minutes et pour toute une population autant de bruit qu'une tondeuse à gazon, chez le voisin!
Les créoles se lèvent tôt mais des gens dorment encore, ceux qui s'en plaignent de plus sont les mères de jeunes enfants (les bébés sont réveillés de grand matin).
 Le contraste de ces passages de grand matin sur une ville parfaitement calme est énorme, les cases même insonorisées ne protègent pas des vibrations

- Passages de loisir APRÈS 9H condamnant TOUTE randonnée.
La majeure partie du bon de la matinée est déjà "bouffée" à 9h, après 2h de vacarme répété, il est vraiment temps que ça s'arrête.
L'impact acoustique devient dramatique au delà de 9h à cause des turbulences et le contexte augmente l'impact négatif (plus de promeneurs, on aère les case pour évacuer l'humidité, on fait diverses choses dehors, et si ça fait déjà un moment que ça dure, y'en a marre...).

- Périodes de bruit continu dépassant 20 minutes, et ce plusieurs fois. Déjà une fois c'est chiant, tout juste tolérable par qu'on se ferme pour attendre et qu'alors ça passe vite.
Quand cela se produit à nouveau, même 1 ou 2h après une première fois,  ça détruit l'impossibilité d'exploiter le calme intercalaire, par ce qu'on est sorti ou qu'on a engagé l'activité on doit le subir, ou bien il faudrait alors arrêter pour se mettre au calme: cela fractionne la matinée et en bouffe une nouvelle tranche. On n'a pas la quiétude de profiter du calme qui se présente dans la nature (par exemple démarrer  une randonnée commencée à 8h30, après le ballet aérien pour rencontrer dans des lieux plus calme encore que la ville, mettons à 10h, une nouvelle période de 20 minutes de bruit continu: ÇA GÂCHE TOUT et il y a de quoi  pêter les plombs en cas de sensibilité au bruit.

- Répétition de passages qui se suivent avec une grande fréquence trop longtemps: elles sont à considérer comme une période de bruit continu
C'est au 8eim passage isolé qu'est franchi un seuil, (et généralement cela correspond à un cumul de l'ordre de 20mn à 30mn)
les autistes par exemple ne peuvent pas faire abstraction, peuvent être en difficulté, et c'est alors dramatique pour eux,  il faut pareillement fermer les fenêtres ou s'extraire du lieu... c'est insupportable en fait même pour une personne au cerveau normal qui voudrait écouter les lieux, les oiseaux, se relaxer: le seul moyen est de ne plus en être conscient,  de ne plus écouter la nature et fermer son mental, sinon les fenêtres, pour ceux qui peuvent...

- Ulm avec passages prolongés + répétitions de survol isolés, provoque un cumul de "bruit continu" qui "suit le randonneur",Les nuisances explosent quand des ULM prennent de l'altitude moteur à fond, ou même à régime normal, alors qu'elles sont évitables si ils passent en descente sans mettre de puissance au moteur, ces aéronefs sont lents, ils peuvent provoquer plus de 6mn de bruit continu, même moins bruyants ils sont plus chiants qu'un hélico qui passe vite..

- Mauvais pilotage de l'hélicoptère le plus bruyant du monde alors: l'EC130 B4 (exemple) (Et cette vidéo: curseur vers 2mn02)
Le B4 devrait être un hélicoptère moins bruyant, mais il est souvent le pire que tous à cause qu'il est pointu au pilotage, et peu performant en altitude, désastreux dans le contexte des cirques de la Réunion. Le problème spécifique à cette machine est de trouver les stratégies pour qu'il tienne ses promesses (il devrait être moins bruyant). Cela doit être abordé en détail..


RESPECT DES ÉVÈNEMENTS RARES D'ORDRE ASTRONOMIQUE
Bien que les survols ne se concentrent habituellement pas à ces horaires, il faudrait veiller à ne pas perturber le calme à ces moment là

- En été, entre 11h et 12h de de début novembre à mi décembre, et entre 12h et 13 en janvier: le soleil passe au zénith. Il devrait y avoir une attention particulière pour préserver des passages isolés sur le calme extrême qui survient durant 30 minutes environ avant pendant et après le passage du soleil au zénith.
L'évènement du passage strictement au zénith est entre le 22 et 25 novembre et entre le 14 et 16 janvier devrait faire l'objet d'une protection. Sans être aussi remarquable, toute la période entre le 10 novembre et fin janvier procure une ambiance similaire de verticalité et de calme extrême vers midi solaire.
Cette verticalité de la lumière avec le calme extrême de la nature est une curiosité "touristique" qui n'existe que entre les tropique et qui est fascinante pour ceux qui viennent des pays où cela n'existe pas (zones de plus de 25° de latitude), les livres en parlaient, avant, dans les cours de géographie... etc.


Préparons l'an 2267, car ce coup ci, c'est raté: en 2016 LA CONNERIE A ÉTÉ CONSOMMÉE.

On a en effet raté l'occasion de vivre en paix à CILAOS l'éclipse solaire de 2016 qui a été bien gâchée par le bruit des hélicos durant une grande partie de son début. D'ici la prochaine on se sera tous fait sauter ou l'on aura mis au point les aérodynes MHD à fuite d'antimatière.. il serait surprenant qu'en l'an  2267 on se traine aussi lamentablement avec des prouteurs à pétrole, à moins qu'on aille de nouveau à Mafate avec des caravanes de mules dans la misère rod la paile de l'après 3eim guerre mondiale, si d'ici là le piton des neiges n'a pas explosé..


,