index

index
dossier-helico
tourisme-aerien-la-reunion.html


INCROYABLE mais  FAUX!
"Cela ne gêne personne".
Car en avoir conscience ça serait pire encore.

code couleur adopté pour traduire des niveaux d'impact
Plus il ya de survol d'avions et d'hélicoptères, moins on rencontre de témoins qui admettent avoir été dérangés.
Au delà d'un certain seuil, qui s'établie vers 30 survols à la suite, tout se passe comme si cela n'existait plus.


Audio
-Vidéos



Au sujet du cumul et seuil de gêne.

La majorité des gens abordés sur le sujet dénient actuellement le problème: ils ont fermé leurs oreilles et ils s'en foutent, ou bien "se font une raison".
Les gens "prennent sur eux", et ne se plaignent jamais: il est donc courant d'installer des nuisances sonores parfois énormes sans que personne se manifeste, que ce soit pour des choses globales ou locales. Seul compte l'avis des touristes.

Mais l'observation démontre que plus il ya de bruit, moins il ya de touristes qui se montrent conscient du problème: dans la distorsion de la rencontre des touristes seulement l'après midi, le fait de ne plus rencontrer de touristes matinaux l'après midi les jours de records de fréquentation d'hélicoptère laisse penser qu'ils sont partis plus tôt...

Un phénomène de résistance EFFETS DE CUMUL apparait en effet au delà du 8eim passage entendu (correspond à 8-15 survols réels), et les périodes vertes correspondent en fait au maximum de gêne consciente, avant la saturation qui fait se fermer de l'écoute des lieux.

Les périodes orange et rouge ne permettent plus le contact avec l'ambiance acoustique des lieux à moins d'éviter les lieux durant une partie de la matinée, de ne plus s'y rendre et à moins de faire abstraction et ne plus entendre le bruit. 
du coup, ce qui est observé chez les gens qui sortent le matin, c'est une surdité psychique devenue la norme chez les habitants qui ne sont pas "des malades", c'est le fruit du "délire" d'un psychotique, ou cela n'est perçu que du fait de la "sensibilité" d'un autiste, par exemple...

Une gêne inconsciente n'est bien sur, pas exprimée et ne compte pas dans les décisions politique... à moins d'une étude "d'écologie urbaine" qui mesurerait les effets du bruit sur d'autres aspects de la santé.

,

texte écrit par Jean Thevenet,