index

Par Jean Thevenet
filou



ROUTE DE CILAOS: POURQUOI IL NE FAUT RIEN CHANGER.

"il ne faut rien changer", comme par hasard, cette phote choisie pour montrer le caractère de cette route est déjà périmé, ce piton a en effet été rasé en mars-2017.

"CILAOS SE MÉRITE" élement fort de l'identité locale.

Les fous en motos mettent un peu moins de 30'
1% des cyclistes peuvent le faire en moins d'1h30
en voiture c'est dans les 45' à 1h selon le degré de prudence.

Si vous n'allez pas à Cilaos par la route,
vous manquez quelque chose !


Regardez cette route prise avec joie par des hordes de motards, des clubs d'automobilistes, des pelotons de cyclistes, et des touristes qui vont passer alors une journée à Cilaos, emplir les restaurants et les gites avant de redescendre avec la même joie, exprimée par des joyeuses pétarades de "gros cubes"...

C'EST PEUT ÊTRE L'ATTRACTION TOURISTIQUE MAJEURE justement de par sa beauté et... les virages...
(et qui ne gêne pas du tout les touristes avides de "lieux préservés loin du bruit et de la fureur du monde moderne", le calme est là, dans la nature, dans les sentiers... bon, avec peut être un petit "couac" à 14h dimanche quand les motards ont digéré leur repas, mais bon... c'est la fête.)



Pourtant, garder cette route tel quel n'est pas toujours l'avis de ceux qui la prennent chaque jour pour aller travailler, qui aimeraient plus de confort dans leur aller-retours dans les Bas, ou encore de ceux qui se trouvent isolés par les coupures en saison des pluies (entre 5 et 10j/an environ): ces coupures "entraînant une baisse de fréquentation touristique" (question: vous croyez donc qu'en période de pluie les touristes monteraient?!)

Ainsi, et depuis plus de 20 ans, ressort une idée folle: une route avec "viaducs et tunnels les plus long de la Réunion", et un chantier qui prendrait 10 ans pour un coût de 300 millions d'euros

Quel serait l'attrait pour Cilaos si la route n'était plus qu'une voie facile d'accès? on trouve aussi bien le frais dans les Plaines ou dans les hauts de l'Ouest...

Alors, si il fallait améliorer le confort des Cilaosiens, ne serait ce pas plutôt de profiter de la chance d'être un peu retiré et tout de même facile d'accès, et savoir tirer partie du site, d'être encore fier de ne pas connaître cette urbanisation massive, cette "fin du paysage" des Bas?
Les Parisiens qui rentrent du travail mettent souvent plus de temps que les Cilaosiens travaillant dans les bas, pour aller revenir, et de moins loin, et pas pour rejoindre un aussi beau cadre...


Avec, mettons, une grosse somme comparable au projet fou de la "voie rapide", n'y aurait il pas mieux à faire?

Faire une partie du trajet d'une façon moins pénible et plus rapide, et en accord avec "la transition énergétique" pourrait se faire avec un téléphérique à raz le sol, permettant d'éviter les virages du Pavillon à la Plateforme, peu visible et avec un service de navette à grande fréquence (toutes les 10 minutes) reliant la gare d'arrivée (par exemple "la plate forme", ou palmiste-Rouge) aux centres urbains + un parking surveillé au Pavillon: le plus laborieux serait évité.

On peut imaginer aussi que ce téléphérique fasse jonction avec un accès par téléphérique depuis les Makes, lui même relié par un 3eim téléphérique à raz sol débouchant à Étang Salé les hauts, avec éventuellement le placement du parking  à cet endroit (on rêve: des Réunionnais qui dorment loin de leur voiture?! mais... on peut changer d'époque...).
 
Vu le relief par ce trajet, les téléphériques pourraient éviter d'être haut au dessus du sol, être peu visibles, et plus surs...quoique le paysage serait tout de même fortement impactée, quand on est dans les environs du Pavillon.

Il s'ensuirait une amélioration écologique par rapport au trajet routier car ce qui monte profite de l'énergie de ce qui descend, cela réduirait aussi la circulation, permettant à cette route un trafic touristique plus propice aux arrêts fréquents et à la flânerie.

Cette route tarde d'ailleurs à être recconnue comme patrimoine culturel...

Et il serait actuellement temps de changer de type de voiture car c'est un "cauchemard de diesel")