index


LES PIAFS NE S'ENTENDENT PLUS ENTRE EUX
 
Ces oiseaux ne sont pas des moineaux, mais des espèces endémiques qui ont évolué dans des forêts silencieuses, la végétation endémique a besoin d'eux: sans leur service elle est plus facilement envahie d'espèces végétales étrangères et se régénère moins facilement: le bruit favorise les espèces exotiques envahissantes comme le merle-maurice principal vecteur des graines de plantes invasives.

Les touristes sont sélectionnés: tendance au tourisme de passage qui moulent leurs crottes en voiture au lieu de faire à l'hôtel: plus de cacas dans les lieux de visite, et ceux qui rêvent de nature paisible connaissant le problème ont déjà tiré une croix dessus la Réunion déjà réputée d'urbanisation galopante depuis des année et vont plutôt aux Açores ou à Madère: restent ceux qui ne font pas attention au bruit: un tourisme plus sale et plus bruyant s'installe.


De nouveaux hélicoptères mal adaptés au vol en montagne.
2018-02-07_09-47-13-helico-extremement-bruyant

Ces nouveaux modèles d'hélicoptère perdent toutes leurs prétendues qualités acoustiques et génèrent plus de vibrations (surtout en cas de flapping): ils s'entendent plus fort dans les maisons et font taire les oiseaux de très loin. Peut être que cela provient du pilotage:
exemple d'un survol de ce type d'engin à curseur-6mn50 20180205_0953-1003.mp3
Le rotor de queue aggrave l'impact en virage et en descente.
 effet de sirène exeemple 1  , effet de sirène exemple 2

 OCCUPATION TEMPORELLE DU TOURISME AÉRIEN en aggravation: même en février 2018 on dépasse les 3h de plage horaire systématiquement sacrifiées en cas de beau temps: LES PRESTATIONS COURTES (vols de courtes durée) et la reprise des randonneurs s'ajoutent aux 2 à 3 heure de ballet aérien intensifs et provoque des survols supplémentaires même par météo perturbée, qui empêchent le calme de revenir sur le tard de la matinée et parfois coupent en morceaux l'après midi..

Depuis août 2010, un engin extrêmement bruyant pour un seul touriste à la fois.

Le gyrocoptère induit une nuisance comparable à celle d'une flotte de 5 hélicoptère à la suite et faisant visiter 30 personnes, mais pour un seul client, c'est donc 30 fois pire à service égal.  Dans un contexte de sur-saturation dans un espace sensible qui résonne, utiliser un tel engin est insultant, alors qu'il existe des ULM 3 axes 10 fois moins bruyants.  Comment a t-on pu homologuer des engins pareils sachant qu'ils allaient provoquer des nuisances aussi importantes?


Pour que tous puissent profiter des panoramas aériens sans provoquer des nuisances majeures il existe des solutions.

- Survoler par drone pour constituer une cinémathèque associée à des cinémas à sensation très haute qualité.

Pour un grand Musée-Cinéma-Drone à CILAOS...

- Dans l'urgence, d'un tourisme aérien tolérableon devrait penser à une réorganisation des prestations adaptées aux aéronefs tenant compte de leur niveau de bruit et de leur aptitudes et diviser l'espace en secteurs dédiés où ils seraient complémentaires entre eux au lieu d'être en concurrence, ne partageraient pas les mêmes lieux attribués selon leur caractéristiques: par exemple les ULM et Avions sur le pourtour de l'île où il ne s'entendraient pas, les hélicoptères dans l'intérieur (zone non accessibles, sans sentiers, non habités), en épargnant les zones cumulant l'impact humain et naturel surtout celles à faible niveau de bruit ambiant terrestre.











,