INDEX
LE CHANTIER AUTOUR DU SENTIER BOTANIQUE
Cette contribution pour cilaos-mon-amour.com va être relayée sur un autre site. pour savoir la suite c'est ici.

Le PRÉDATEUR de cette forêt (entre autres qui sont galabert, troène, herbe chiffon..) est surtout la longose: On observera pour se faire une idée des images en provenance des AÇORES qui nous montrent une vision d'avenir des forêts de la Réunion qui restent livrées à la longose. Les Açores ont un hiver quasi Cilaosien (10-15° assez stable), un été vers 25°, une amplitude thermique annuelle de 9° sur les moyennes mensuelles, mais une amplitude jounalière moindre, et des pluies intermittentes, comme dans les remparts avec une saison sèche moins marqué: La longose s'y sent bien comme à Cilaos.

Image

LA LONGOSE est de TROP ici: c'est une plante invasive elle colonise une forêt primaire et remplace la végétation locale.
avec une tendance à devenir ainsi (l'exemple des açores, colonisées depuis plus longtemps)

La nature retrouvera bien toute seul un équilibre... Non?!

À l'échelle humaine, conserver des coins de forêts endémiques d'avant-invasion revient à sauver un patrimoine plus ancien que n'importe quel bien historique.


Voyez l'exemple des açores colonisée plus tôt dans le passé par l'homme qui a fait ici la même connerie d'introduire cette plante: on a ici une projection du futur de la végétation de la Réunion dans une échelle de temps de l'ordre de quelques décennies à quelques sièces... on aura probablement ceci à la place de nos forêt primaires sur la plupart des remparts.
http://www.panoramio.com/photo/100791541

Bien sur, si on attend encore quelques siècles, une forêt équilibrée finira par reprendre le dessus: il faut 700 ans environ pour un retour à l'état "primaire" de forêts après perturbation de forêts équatoriales (si le sol ne se trouve pas érodé sinon il faut tout reconstruire en partant des lichens sous réserve que le climat n'a pas été modifié, c'est le cas en amazonie où perdre la forêt est aussi perdre les pluies, et ce n'est pas dans 700 ans qu'on la retrouvera).
Les longoses étant une plante transitoire (pionnère) on peut espérer qu'elle disparaitra à long terme. Mais en millieu insulaire, retrouver une forêt primaire après l'introduction de plantes continentales se ferait après la perte de biodiversité du à l'éradication d'une flore locale endémique par ces dernières: retrouver une faune endémique insulaire, avec des espèces différentes et inféodée à un lieu isolé au climat particulier issu d'une évolution des espèces introduites vers des espèces différenciées est plutôt une affaire de millions d'années d'évolution isolée des continents..


2017-05-19_15-51-32  photosphère invasion de longose
2017-05-25_15-38-51  photosphère invasion de longose, Route forestière vers "Parc à Boeuf"
2017-05-25_16-10-41  photosphère invasion de longose, "Parc À Boeuf" plantation de cryptoméria + tentative restauration coté Parc national (au nord)
2017-05-25_16-16-14  photosphère invasion de longose, piste VTT
VIDÉO



Un smartphone avec Orux Map pour faire le tour du "chantier" commencé en mars 2014 et en mesurer la surface, la longose a été quasi totalement retirée de la limite parcourue...

-/2017-04-28-mesure-surface-de-travail.jpg
6320 mètres carrés... Mais attention... c'est plat sur la carte: la surface de terrain travaillé est plus encore..

La surface de forêt primaire seulement partiellement envahie  occupe 5.4 hectare.
Le "Parc à Boeuf" forêt primaire autour du réservoir délimité par le GR, les plantation et la Route forestière représente 18 hectares en l'état montré dans cette VIDÉO

Mais il n'y a pas que la longose.
Il ya aussi l'herbe chiffon, le troène, le galabert, le fuschia...

qui colonisent les endroits un peu plus secs qui apparaissent quand on retire des plantes exotiques.
À cause d'elles, restaurer expose à une invasion fulgurante: le pire à éviter, c'est les coupes à blanc.

Ce n'est pas une bagatelle: Pour exemple de "la bêtise à jamais reccomencer", l'opération "1000 arbres replantés" dans le cadre d'un mécénat publicitaire pour une firme d'eau en bouteille a tourné au tremplin d'Herbe Chiffon
Cette coupe à blanc (camphrier) a donné aussi un résultat spectaculaire, mais moins grave: le mal était fait: la longose a pris l'exclusivité du terrain à tel point que même l'herbe chiffon ne trouve pas sa place!


L'enjeu de ce chantier est de de sauver le dernier vestige d'une forêt de piémont au croisement de plusieurs microclimats à CILAOS

Alerte autre plante invasive: l'herbe chiffon.
et article
http://www.zinfos974.com/Lutte-contre-les-pestes-vegetales-Sur-certains-sites-c-est-un-combat-perdu-d-avance_a105258.html
La bataille est perdue, mais on peut encore conserver des hectares, par ci, par là.




LA LONGOSE.

incroyable_ca_se_vend-.jpg


La longose est une plante "en pot" décorative vendue fort chère dans les jardineries du monde entier.
Mais dans les îles tropicales et subtropicales (Hawaï, Açores, Réunion), et certaines forêts primaires tropicales (Brésil 26° de latitude sud coté atlantique), c'est une plante envahissante qui éradique tout simplement les plantes locales.

Il faut donc l'arracher, si possible en début d'invasion. Dans les zones envahies reconstituer un jardin botanique à partir d'une forêt même plus primaire puisque profondément modifiée par une invasion quasi totale ne pourrait se faire que sur quelques hectares en étant toute une équipe travaillant à plein temps. On voit la suite d'essais infructueux sur quelques dizaines de mètre carrés le long de la route forestière.

Le sentier botanique traverse une zone de 5.4 hectares de forêt primaire envahie à 10-50% selon les endroits, ce qui signifie que si on enlève la longose, il ya des reprises de fougères et autre plantes locales: il est encore temps de le faire. C'est ainsi qu'une convention a été accordée à Cilaos Mon Amour pour restaurer la partie centrale de cette zone, plus délicate et accidentée, l'ONF s'attaquant aux bords.

Pas si simple toutefois: libérer de l'espace peut faciliter d'autre envahisseurs, et particulièrement celui là qui profite des trouées de lumières des qu'on produite des arbres abbatus car envahissant. Là où il y avait du pin, du troène et du galabert, on trouve de l'herbe chiffon (alerte relançée)si on ne veille pas au terrain: un passionné peut le faire sur une petite surface, mais des équipes salariées ont tant à faire ailleurs qu'un nouvel état d'abandon peut suivre une intervention et profiter à des espèces plus rapides que la longose: l'herbe chiffon peut grainer 4 fois par an dont la principale fructifiction qui est vers octobre.


LA FORÊT DE LA ROCHE MERVEILLEUSE PEUT ÊTRE SAUVÉE
2016-03-11_134434.jpg
lieu -21.123921, 55.480263, date 11 mars 2016 (photo téléphone)
Attention à cette orchidée: quand elle n'est pas en fleur, on peut la confondre avec une pousse de longose, (surtout si des enfants viennent aider, ce qui est finalement évité), avec certaines jeunes pousses de longoses et l'arracher!
Certains font caca à coté aussi quand il n'y a pas les fleurs. C'est pas une forêt banale, ça se respecte, merde!!

2017-04-28_13-17-52-.JPG


Quand la forêt est ouverte plus facile d'accès (par ce qu'il n'y a plus les longoses), un autre envahisseur apparaît, qui est parfois chiant, au sens sâle du terme.
Touristes: allez faire vos besoins dans les plantations de cryptoméria (dans les "sapins"), autant que possible dans les lieux artificialisés qui sont moins fragiles, pour éviter de souiller une forêt primaire!
Ne Chiez surtout pas ici, Chiez un peu plus loin à partir de ce chemin
Si possible plutôt dans les cryptomérias et évitez de laisser l'emballage plastique des mouchoirs en papiers.



REVOIR ENFIN LA FORÊT! Historique du "chantier de dé-longotisation"


Initiateur du chantier: Jean Thevenet, mars 2014
Écrire un mail.

Photos 3D   2015-11-10
Étiquette "Forêt de la Roche Merveilleuse" pour panoramio à partir de mars 2015-nov 2016 (lien obsolète, google a fermé Panoramio)


Un enjeu de taille.
2016-08-22_15-49-59-photo-journal-visu.jpg
2016-08-22_15-49-59-photo-journal-visu.jpg


Quelques photos de cette forêt




PHOTOS sur PANORAMIO:


LA SALLE DE CONCERT.
Image
[2016/02/28 18:00:01 21° 7' 32.84" S 55° 28' 45.94" E Panorama Roche Merveilleuse, forêt sur rempart Piton des neiges](http://www.panoramio.com/photo/128416419)
Cet endroit a une particularité acoustique: le chant des oiseaux donné depuis le rempart atteint un bon kilomètre de distance pour venir jusqu'à l'auditorium.

Quand il n'y a pas le tourisme aérien (un problème grave à CILAOS), depuis le site de la Roche Merveilleuse, on écoute de loin les oiseaux de cette zone photographié, à environ 500 à 1000m de distance, ce rempart nous envoie un concert de tous les merles et les oiseaux-la-vierge (en mode chant) présents dans de ce rempart au nord du site. Les chants portent jusqu'ici avec le léger murmure des cascades (ce murmure très faible en octobre novembre décembre car saison sèche et il y le plus de chant car saison de reproduction, mais en dehors du matin (Le chant des oiseaux le matin est sacrifié au bruit des aéronefs de 6h à 11h)


C'est le lieu facile d'accès le plus silencieux de Cilaos à l'exception de celui là.
Le soir et la nuit, le rempart loge aussi le fameux Pétrel de barrau qui crille la nuit.

Image
[2016/02/28 17:57:06 21° 7' 32.84" S 55° 28' 45.93" E Panorama Roche Merveilleuse, forêt et plantation de cryptomérias](http://www.panoramio.com/photo/128416397
L'ONF-Parc-National aurait engagé, suite à l'initiative de la Roche Merveilleuse, à prevenir l'invasion de longoses alors à ces débuts, à gauche de la Route de Bras Sec, dans la moitié supérieure de cette photo en particulier (dans le coté "Parc").


Image
[2016/03/05 13:18:32 21° 7' 27.34" S 55° 28' 47.75" E Forêt mixte de piémont de la Roche Merveilleuse](http://www.panoramio.com/photo/128555180)
Les fougères ont beaucoup repris après libération du sol (un an après)



Image
[2016/03/05 13:20:16 21° 7' 27.70" S 55° 28' 48.10" E Forêt mixte de piémont de la Roche Merveilleuse](http://www.panoramio.com/photo/128555194)



Image
[2016/03/05 13:23:13 21° 7' 28.41" S 55° 28' 46.39" E Forêt mixte de piémont de la Roche Merveilleuse](http://www.panoramio.com/photo/128555219)



Image
[2016/03/05 13:23:46 21° 7' 28.37" S 55° 28' 46.41" E Forêt mixte de piémont de la Roche Merveilleuse](http://www.panoramio.com/photo/128555247)
cet endroit sur streeview en juin 2015


Zone non nettoyée en été.

Image
[2016/03/05 13:24:12 21° 7' 28.34" S 55° 28' 46.39" E Forêt mixte de piémont de la Roche Merveilleuse](http://www.panoramio.com/photo/128555268)
cet endroit sur streeview (en hiver, juin 2015)



Patrimoine mondial :
L’Unesco donne un nouvel avertissement

https://www.clicanoo.re/Societe/Article/2017/12/01/Patrimoine-mondial-LUnesco-donne-un-nouvel-avertissement_503495

PATRIMOINE MONDIAL. Alors que le Parc national fête ses dix ans, l’UICN tire de nouveau la sonnette d’alarme sur la question des espèces invasives et dégrade la note générale de l’état du Bien Réunionnais inscrit au patrimoine mondial. Si on ne parle pas de déclassement, la question pourrait se poser à l’avenir si rien ne bouge.
Jugé en "bon état avec quelques préoccupations" en 2014, l’état du Bien Réunionnais fait désormais l’objet d’une "préoccupation importante" de la part des scientifiques de l'IUCN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), en charge de suivre la gestion des 228 biens inscrits.

Un classement dans lequel la Réunion a fait son entrée par la grande porte en 2010 en voyant 40% de son territoire être reconnu comme un bien de l’humanité. Reste à le gérer. Une responsabilité collective aux yeux de l’UICN. Si le parc est le gestionnaire du Bien c’est bien la responsabilité de l’Etat et des collectivités locales, mais également de la population toute entière qui est engagée selon les scientifiques. «Pour le futur, alors que la population humaine en pleine croissance de l'île continuera de poser des défis permanents et face à l’ampleur croissante de l’invasion, l’approche globale et collaborative dans la gestion du Bien nécessitera sans doute des décisions très difficiles», jugent le rapport publié le 9 novembre.


« une dégradation progressive »
Problématique majeure mise en avant dès l’inscription, l’invasion des espèces envahissantes n’a cassé d’empirer alerte l’UICN. Un nouvel avertissement après d’autres publiés depuis 2010, mais également l’avis donné par des experts en visite dans l’île. «Les menaces des espèces exotiques envahissantes sur le Bien, préalablement déjà considérées comme étant de haut niveau, ont continué de s’accroître malgré les efforts déployés en matière de stratégie de lutte, de programmation et d’actions de lutte. Si des résultats encourageants ont bien été enregistrés (prévention, lutte), l’ampleur de la vague d’invasion, l’insuffisance des moyens alloués et les besoins de renforcement de la gouvernance et de la coordination de la lutte contre les invasives aboutissent in fine à une détérioration progressive en voie de généralisation, que certaines catastrophes comme les incendies de 2010 et 2011 ont encore amplifiée», s’inquiètent les experts.
Si un déclassement n’est pas à l’ordre du jour, le niveau d’alerte devient critique et La Réunion, inscrite pour sa beauté mais aussi sa biodiversité, s’approche de la zone rouge : «À ce stade, l'état actuel des valeurs du patrimoine mondial depuis le moment de l'inscription peut être évalué comme étant de préoccupation élevée et la tendance comme se détériorant (...) Tous les experts et observations répétées convergent vers une dégradation progressive des valeurs du Bien». Si la «réponse et l’engagement du gestionnaire» pour maintenir l’état de conservation et au-delà «restaurer ses valeurs aux niveaux précédents», sont jugés «très forts», la stratégie déployée est jugée insuffisante notamment réglementairement pour déjà interdire de territoire les menaces: «Un travail collaboratif important visant à empêcher de nouvelles invasions et à contrôler les invasions naissantes a d’ores et déjà été mené ces dernières années. Sa traduction juridique est en cours, mais ne concernera pas la plupart des exotiques responsables des plus fortes invasions actuelles du Bien». La lutte et la prévention contre les feux de forets, mais également contre les déchets, le braconnage, les troupeaux divaguants ou la fréquentation touristique sont d’autres sujets de préoccupation pour l’UICN. Les experts pointent également des problèmes de gouvernance : «La protection et la gestion à long terme seront améliorées une fois que les problèmes de gouvernance liés aux responsabilités de gestion seront entièrement résolus». L’UICN tire la sonnette d’alarme et appelle La Réunion à jouer collectif... La question des moyens alloués à la protection de l’environnement est aussi clairement posée.

P.M.

Gonthier interpelle Hulot
Interrogé jeudi sur le rapport de l’UICN, le président du Parc interpelle le ministre de la transition écologique et solidaire qu’il souhaite rencontrer rapidement pour aborder la question de la lutte contre les espèces invasives, pointées du doigt par l’UICN. Pour l’élu, le déblocage de crédits est une priorité et les moyens alloués jusqu’à présent pas à la hauteur. Il appelle également le ministre à signer rapidement un décret en discussion de longue date et devant renforcer les interdictions pour les plantes jugées dangereuses. «Il nous faut plus de moyens mais aussi une meilleure coordination», poursuit-il en affirmant que le «label n’est pas mis en cause aujourd’hui». Il appelle chacun à s’impliquer davantage notamment sur la question des NAC. Une lutte contre les espèces invasives porteuses d’emplois et d’activité selon lui en donnant l’exemple d’un «tourisme participatif» qui pourrait voir le jour sous la forme de sortes de chantiers «verts» pour défricher des zones infestées.

Panorama du site de la Roche Merveilleuse.
Image
14 mai 2015 13h39


Photos panoramio non triées (panoramio  a conservé les photos jusqu'en nov2017 mais ils n'ont pas conservé le tri des étiquettes-thématiques le temps annoncé, cette fin de service est arrivée trop brutalement pour sauvegarder le travail de classement associé aux photos)
Google <--> blâme