index


DU STRESS?

Ne faisons rien: "le mal se détruira de lui même"...

Ici on est cool, et ainsi, on reste gentil et tolérant, on accepte tout: ce qui compte est avant tout "ne pas gêner et ne pas faire d'histoires": le prix de ce "bon vivre ensemble" est d'accepter d'être géné pour ne pas se risquer à gêner. Exiger un peu de calme et se plaindre du bruit est "être malade", être "intolérant" et expose au rejet social...

Le bénéfice de cette attitude globale est la LIBERTÉ de tout faire sans tenir compte des autres, celle de ne pas tenir compte de ses voisins: ils  sont gentils et tolérant à tout prix, ils subissent vos bruit de voisinage ou nuisances d'activité touristiques sans jamais rien dire, alors il n'y a aucun problème, vous pouvez y aller: fermer un chien et l'abandonner même si il hurle toute une journée, démarrer très tôt le coupe fil et même survoler les lieux pour vous promener en hélicoptère au dessus de ce qui était une "station thermale"..

 Il serait édifiant d'établir le pourcentage de la population qui use de psychotropes, surtout en cumulant zamal ou/et psychotropes prescrits pour supporter la face cachée de ce "bon vivre ensemble".

Pourtant...
Un cadre de vie tel que Cilaos, toute cette splendeur, cette nature, le tout pourvu de la possibilité d'y construire une vie dans un partage d'échanges humains en relation avec le monde entier, l'opportunité de contacts humains favorisés par un tourisme responsable et profitable, devrait être un cadre de vie sain socialement aussi, où l'on se trouve en bonne santé, où l'on se refait une santé et où l'on se respecte mutuellement.

Or il en est rien: la vie n'est pas si facile à Cilaos (et à la Réunion), beaucoup de gens sont carrément pauvres, tiraillés entre leur culture locale et une culture importée et se soulagent par diverses addictions.  Une "politique de clan", la précarité de l'emploi, le chomage-records... font que on ne profite ici pas que le pays soit globalement riche (ce n'est pas madagascar ou Mayotte!) car l'inégalité sociale est importante... La déficience de la gestion de la nature autour de ce lieu magnifique n'est qu'un symptôme d'un mal être social global qui est aussi le problème de toute la planète...

Ne nous en occupons pas de tout ça, car il y a pire qu'ailleurs, apprécions la chance que finalement ce ne soit que des  désagréments "par rapport à Ébola en Afrique", ou "par rapport à Paris", sachez que "c'est bien pire dans les bas"... "si vous n'êtes pas contents, arrêtez de vous plaindre, et allez vivre ailleurs"...

Et pourquoi toute façon se martel-en-tête? puisque de toute façon ça sert à rien et que tout le monde s'en fout?
Ne faisons rien: "le mal se détruira de lui même"...






,