index
l'ambiance sonore ici bas
"La Réunion, un Parc de loisirs, grandeur nature"...ALERTES/ SOLUTION

"LA RÉUNION, UN PARC DE LOISIR GRANDEUR NATURE"
"L'ÎLE INTENSE"

Que les réunionnais "aiment le bruit" n'est pas une raison pour tout se permettre,
Coté nature et patrimoine nous avons ici des oiseaux rares qui n'existent pas ailleurs (endémiques) qui ont bel et bien besoin que leur chant porte loin dans la forêt, et qui servent bel et bien à quelque chose. On devrait aussi pouvoir les entendre chanter le matin... La forêt a besoin de ses oiseaux, la forêt n'est pas qu'un décors de Parc, c'est un vestige déjà en perdition.


LES PLANTES ENVAHISSANTES ont fortement dégradé l'aspect général de nos Forêts (exemple du "parc à boeuf"), c'était au départ, des plantes importées par des nostalgiques d'un autre pays, ou des jardiniers, qui se sont multipliées hors de contrôle sans prédateurs naturels pour les limiter.

SOLUTION:  Le chantier longose est un jardin botanique issu de l'arrachage des plantes envahissantes avant qu'elles remplaçent totalement la forêt primaire. Diverses plantes exotiques non envahissantes s'y trouvent avec un relatif équilibre (fraises des bois). Le fait que cette zone jouxte un sentier botanique oblige à garder une vigilance humaine. On ne peut guère abandonner de nouveau cette parcelle devenue vitrine de la biodiversité à CILAOS.
 l'île étant relié aux continents par les hommes, les espèces envahissantes continentales ont mis le pieds sur l'île en étant dotés d'un pouvoir de compétition démesuré par rapport à la faune et flore locale INSULAIRE: elles ont un pouvoir de reproduction supérieur, des systèmes de survie plus performants, et battent les espèces locales dans une compétition qui n'est absolument plus à arme égale: des plantes rares qui n'existent que là, sur un tout petit territoire, sont remplacées par des plantes banales à l'échelle mondiale.

 Si on maintient des ilôts de forêt insulaire assez de temps, on peut espérer que certaines plantes sinon condamnées à disparaître dans cette transition île/continent (caractérisée par l'explosion des plantes pionnères) pourraient survivre et prolonger à long terme leur existence dans un nouvel équilibre où les plantes pionnères se sont déjà mutuellement concurrencées entre elles et sont du coup moins exclusives (mais cela est dans une échelle de temps d'au moins quelques décennies sinon quelques siècles voir milénaires, le temps que les plantes exclusives rencontrent un prédateur ou voient leur ressources baisser et que les plantes insulaires acquièrent des stratégies de survie dans ce contexte plus performantes)...

 
LE TOURISME AÉRIEN FAIT TROP DE NUISANCES SONORES !!!

Souvent? combien de temps?
Nouvelles mesures sur le site de Jean Thevenet.


 "le bruit et la fureur du monde moderne" ici n'a pas d'excuse, Cilaos n'étant pas Mafate, et étant en dehors des circuits de ravitaillement de ce dernier.
 Unesco et Parc National étaient faits pour permettre un développement touristique "en préservant les lieux des effets négatif des activités économiques", c'est à dire sans retrouver ici des banales nuisances urbaines de zone industrielle voisine d'aéroport.. Ce qui se passe est tout le contraire des chartes, sauf pour l'aspect visuel, le seul dont on tient compte.

On a eu très peur des requins (médiatisation) alors que durant la même période il y a eu autant de morts dans les airs surtout à cause d'accidents d'ULM.
Vous pouvez écouter l'ambiance sonore ici bas: le premier appareil est le gyrocoptère, les autres des hélicoptères, tous de TOURISME!


LE GYROCOPTÈRE!!!
Comment faire un max de nuisance pour servir le moins de personnes possibles.


Cet aéronef mérite une mention spéciale pour son record d'inefficacité: il fait un max de bruit (quasi autant qu'un hélicoptère), et chacun de ces passages dure très longtemps, pour servir un seul touriste-passager à la fois. Cet aéronef, typiquement de loisir représente une image négative, insultante même, du tourisme aérien (beaucoup de bruit pour un seul client) d'autant plus qu'il s'est fait remarquer à la Télé (émission "Faut Pas Rêver 2017")

Sur le plan technique on prône une bonne visibilité, mais sur le plan aéronautique, c'est le moyen de visite qui combine les inconvénients de l'avion et de l'hélicoptère: comme les hélicos il n'a pas de finesse de vol (sans moteur il parcours peu de distance horizontale en "planant", c'est "un fer à repasser", mais comme un avion, il exige une piste pour se poser ou décoller).
Il y en avait deux, le premier a "crasché" au volcan l'hiver 2014, Un ulm 3-axes serait rentré en vol plané à ST-Pierre, mais le gyrocoptère a du se "poser dans les grattons"!  On voit ici dans ces exemples que non seulement il fait bien assez de bruit pour "pourrir" les lieux, mais aussi qu'il est en dehors de sa zone de sécurité, et même mieux: en INFRACTION zone pétrel.
 Il est encore 20 fois pire que l'hélicoptère si on considère le rapport nuisances/service. En effet il transporte 6 fois moins de passagers, occupe le ciel 3 à 4 fois plus longtemps par passage, et n'a même pas la possibilité de traverser un espace hostile avec le moteur coupé (une sécurité minimale et nuisances maximale).
Logiquement, il n'aurait même pas techniquement le droit de survoler le Cirque de Cilaos ou le volcan, faute de pouvoir trouver une piste d'atterissage, même courte en cas d'avarie moteur... Et à 3km de distance, même à haute altitude, il fait encore autant de bruit qu'un taille haie ou tondeuse à gazon à 100m, bien suffisant pour qu'on n'entende que ça dans tout espace calme... Le gyrocoptère est le seul aéronef... qu'on entend déjà avant de pouvoir le distinguer à l'oeil nu!



UNE SOLUTION

Le Musée Cinéma-Drone de CILAOS pour donner accès  À TOUS à l'aspect des lieux sensibles vu du ciel
 (pas seulement un cinéma !),
Ce "service" pourrait être associé au choix de concentrer les baptèmes de l'air réels dans un endroit choisi pour  un faible impact humain avec des prestations réorganisées autrement. La curiosité de l'aspect des lieux habités, sensibles et fréquentés pouvant être assouvie par drone, l'activité aérienne actuelle pourrait relâcher cette pression sur ce point et offrir un service complémentaire, et non pas concurrentiel. Il est évident bien sur que ceux qui ont pris goût à la liberté de voler partout où ils veulent, quand il veulent, sans limitation et sans tenir compte de qui se passe en bas, voient ça comme une réduction de leur activité et ne sont pas pour "ça"...

D'autres solutions sont possibles dans l'urgence de réduire les nuisances: définir un cadre horaire, des quotas, des zones dédiées aux vols à sensation qui ne sont ni habitées, ni fréquentées, et réellement non accessibles, pour épargner les endroits où c'est gênant, et pour les prestations un prix adapté à une offre limitée de sorte à éviter une prédation sans limite sur le millieu: moins de trafic, plus de marge bénéficiaire, autant d'argent qui entre pour faire moins de nuisances, offrir plus de qualité. La question que ce soit pour une élite est caduque, que ce 10% des touristes qui en profitent comme actuellement ou 1%  ne change pas le principe que c'est une minorité qui confisque le ciel de tous. Ce qui compte, c'est que les nuisances redescendent à un niveau acceptable.

 Cadrer le tourisme aérien est une nécéssité.
 Les hélicoptères font le vacarme de 100.000 véhicules à la fois... pour 6 personne à bord qui ont payé des prestations à prix cassés dans une logique de concurrence acharnée entre compagnies: au final c'est du bruit pour pas grand chose qui entre en proportion des dégâts collatéraux, et ce qui entre profite pas vraiment au peuple mais à un "noyau" de privilégiés qui représente un habitant de l'île sur plusieurs milliers.
Notons que cette activité  consomme  entre 5  10 tonnes/carburant/jour pour servir 150 touristes/jour environ (l'équivalent d'un plein de voiture par touriste, ou de 2500km de bus par touriste, grillée en un rien de temps dans cette prestation rapide).
La quantité de touristes qui profite de l'hélico ne remplirait que 3 à 5 bus seulement. Renseignez vous sur le poids économique de ces entreprises, prenez les marges (déduite des frais d'exploitation) pour calculer les rentrées d'argent effectives, divisez ce "gain" par le nombre total de touristes, estimez le coût des nuisances sonores et mettez le tout dans la balance..

90% des touristes ne profitent pas de l'hélico et découvrent les haut de la Réunion, en particulier Cilaos Mafate, Salazie et le volcan, dans une ambiance de vacarme d'aéroport de plus en plus décevante: c'est ça le prix à payer...



L'AGRICULTURE, POLLUTION et PAYSAGE MIS À NU "Brûlé-marron"
SOLUTION
paillages, recyclage de déchets végétaux issus du retrait des plantes invasives, association simultanée de culture, permaculture.



LE  TOURISME CHINOIS"en voir le plus possible en le moins de temps possible" telle est la devise du tourisme chinois... Pour le faire sans produire des nuisances sonores intempestives il urge de revoir la précipitation dans la solution tout hélicoptère: choix des circuits, moyens de transports de liaison, PRESTATIONS LOCALISÉES  de sorte à ne pas impacter les zones fragiles...







#ALERTES_SOLUTION





,